Famille-Amis-Echanges-Loisirs-Voyages

  • Accueil
  • > Archives pour janvier 2008

28 janvier 2008

PARIS : décembre – janvier 2008

Classé sous FRANCE Paris — zuppigerjeanpierre @ 19:09

parisopra001.jpg Le matin du 1er janvier 2008 : en France, plus de fumée à l’intérieur des bistrots !!!

PANAME (que nous adorons) et sa belle dame de fer couvant la ville de tous ses yeux scintillants en ce mois de décembre 2007 !  Les magnifiques statues du Pont Alexandre III regardent couler la Seine depuis l’Exposition universelle de 1900 en  »ruminant » sur l’amitié franco-russe et le penseur de Rodin, tout nu dans son beau jardin, tourne le dos aux Invalides…

 Magnifique :   parisinvalides071.jpg  parisinvalides065.jpg  parisinvalides040.jpg  parisinvalides009.jpg 

C’est pour faire une transition franche et joyeuse entre nos vies professionnelles et notre nouvelle vie de retraités, que nous avons décidé de passer trois semaines à Paris. Noël me causant depuis quelques années des insomnies : négocier avec les intolérants à la fumée et les fumeurs, ceux-ci qui ont moins envie de rencontrer ceux-là et cette date du 24 décembre qui reste aussi importante pour les uns que pour les autres (c’est aussi l’anniversaire de ma soeur Jojo), y’en a marre ! C’est la bonne occasion, on va fuir. On ne sera donc pas en Suisse le 24, ni non plus pour le Nouvel-An, mais à Paris ! Waouh !!! Néanmoins, j’aurai eu un coup de blues, le 24 au soir, sans notre famille…

Nous logeons au 8ème étage d’un bel et grand immeuble de 16 étages. Nous nous sentons pourtant bien petits à côté de la Tour Montparnasse s’élevant à 196 m. et que l’ascenseur gravit, lui, en 38 secondes. Elle nous domine de quelques 40 et quelques étages. Néanmoins, nous avons une vue sympathique sur le quartier que nous aimons bien. Nous le parcourrons de long en large seuls, et avec un guide pour y découvrir toute une partie des ateliers d’artistes : peintres, poètes, écrivains, musiciens, sculpteurs ou cinéastes.

Les restaurants classiques, pour un ou deux, sont restés des valeurs sûres: La Rotonde http://www.rotondemontparnasse.com/historique.htm (très bon) et la Closerie des Lilas où nous rencontrerons Michou et ses inséparables lunettes et blazer bleus. Il me baisera la main et m’avouera qu‘il est maintenant « bien fatigué », le pauvre! Ne vous faites pas de soucis, il y en a beaucoup d’autres, sympas et moins chers… mais vous êtes tellement gentiment reçus… et c’est un lieu … Historique !

Les petits théâtres aussi sont toujours d’actualité. Nous irons écouter et rire de bon coeur sous les gags de Virginie Hocq au Petit Montparnasse nouvellement rénové. Son spectacle s’intitule « C’est tout moi » mais d’après certaines critiques il paraît que c’est plutôt du Florence Foresti (que je ne connais pas encore). Nous avons vu aussi une pièce à deux compères dont je ne me souviens plus ni le titre ni les noms (un des deux est présentateur à la TV) ça veut tout dire! Voilà j’ai retrouvé mon billet d’entrée. La pièce s’intitule : Prédateurs avec Thierry Beccaro et Pierre-Olivier Scotto, mise en scène de Marian Sarraut. Pas mal l’histoire de ceux deux frères qui ne se sont plus revus depuis 17 ans. Un est homme politique et l’autre mène une vie « normale »…

Nous découvrons aussi le quartier d’Alésia, très vivant bien que plus bourgeois, avec l’égalise Montrouge et la belle brasserie Zeyer. C’est le Paris de notre jeunesse : animé, sympa et classe. Ah! le jour du marché sur les trottoirs, les merveilleux paniers de fruits de mer et l’accordéoniste au-dessus de la bouche de métro! Quelles couleurs, quelles odeurs et quelle ambiance! Cocktail unique au monde. 

Au théâtre nous irons aussi aux Variétés voir Les Fugueuses avec Muriel Robin et une Line Renaud magnifique (elle a quand même 80 ans) : super! De grands rires. Quelle pêche d’enfer, bravo mais quelle chance aussi ! C’est le théâtre de Belmondo depuis 1991 et où avec Jojo, en 2001, nous avions vu : Joyeuses Pâques de Jean Poiret avec Arditi et Barbara Schultz).

Mon Père avait raison avec Claude Brasseur et son fils (une pièce du finaud Sacha Guitry, vue à Lausanne six mois auparavant à Kléber-Méleau). Bien, nous avons préféré celle de Philippe Mentha, au sommet de son art - de sa diction, de son éloquence, de sa précision, de sa présence – et qui était tellement « coulé » dans la peau de Guitry; qui en a la classe!

 Nous avons trouvé que Brasseur que nous aimons bien pourtant n’avait pas la prestance de Guitry. Il est trop marrant ou a l’air trop gentil. Je suis toujours en admiration pour les textes de ce subtil Sacha Guitry (même s’il était misogyne) et j’aime en voir les différentes interprétations.

Alors le 31 décembre nous sommes allés au Théâtre de La Pépinière :

PARIS : décembre - janvier 2008 dans FRANCE Paris puce01b Les Master Classes de Jean-Laurent Cochet
jlc dans FRANCE ParisDepuis le 22 août 2007, Jean-Laurent Cochet triomphe sur la scène du Théâtre Pépinière-Opéra dans « Aux deux colombes« , une délicieuse comédie de Sacha Guitry, dont il a assuré la mise en scène et qu’il interprète entouré de quatre excellentes comédiennes que sont Paule Noëlle, Viriginie Pradal, Catherine Griffoni et Anne-Marie Mailfer.

C’était très très bien, on a beaucoup aimé. Ce n’est pas que je trouvais Cochet ressemblant à Guitry mais là ça ne me gênait pas trop. Ensuite nous avons pris le métro pour être priés par les hauts-parleurs d’en ressortir illico à la station suivante (attentat ou accident) et avons cavalé ce que nos jambes pouvaient pour arriver avant minuit au resto … qui nous attendait avec le champagne, Place de la Bastille ! Pour rentrer chez nous, nous avons attendu 3/4 d’heures… un autre couple de notre âge était là depuis plus d’une heure (n’avaient pas voulu prendre leur voiture pensant être plus rapides en bus). Raté! Le bus devait passer (j’avais demandé le matin même à la station Montparnasse) mais… il n’a pas passé… on a eu la chance de « chopper » un taxi et on a déposé le couple en chemin.

Nous avons eu le plaisir d’avoir la visiste d’Anouck pour deux nuits. Un après-midi Jean-Pierre est allé visiter l’intérieur des Invalides et du Petit-Palais et nous sommes parties faire les magasins et boutiques du côté de Montmartre. On a rien acheté mais surtout marcher et babiller en buvant thés et cafés entre deux averses. Sympa! Anouck est devenue une jeune femme tellement intéressante et positive que c’est un régal de passer quelques heures avec elle.
parismontmartre030.jpg 
à Paris il y a des enprovenceilsontdesboulodromeseux.jpg en Provence, des boulodromes !

La Défense un quartier dans lequel nous n’étions pas retournés depuis le jour où les horticulteurs plantaient les premiers arbustes. Nous avons été surpris… de la croissance des arbustes en pleine ville et de la diversité des… buildings. Impressionnant. Mais c’est très beau. Une architecture débridée mais pas anarchique - un peu comme à Berlin et mieux qu’à Londres. -

parisladefense028.jpg  parisladefense060.jpg  parisladefense011.jpg  parisladefense005.jpg La Défense

Nous avons pris un immense plaisir à faire des photos, à  »zoner » parmi les 200 petits chalets de l’esplanade, à grimper dans la Grande Arche et à y découvir une exposition superbe de portraits peints bizarrement de couleurs violentes. En les fixant quelques secondes puis ensuite en fermant les yeux, le véritable visage apparaît sous vos paupières. Saisissante, la mémoire rétinienne! Je ne sais plus comment s’appellent ces peintures. Je vais chercher et vous l’écrirai… à moins que vous ne trouviez avant moi et que vous m’en informiez… Voilà j’ai retrouvé, le peintre c’est DIMITRI. Il peint donc des rémanaces, des anaglyphes et des anamorphoses. Il fait de splendides peintures murales aussi.
Rémanence, définition dictionnaire Larousse :   parisladefense052.jpg
Propriété d’une sensation, notamment visuelle, de persister après la disparition du stimulus.
Le stimulus est un facteur qui agit sur une cellule, sur un organe, sur l’organisme en provoquant une réponse musculaire ou nerveuse.

Son site est passionnant : http://www.dimitriparis.fr/remanence.html

Un matin je décide de me rendre au RV d’un guide pour visiter l’Opéra de Paris. Enfin, l’Opéra Garnier ou le Palais Garnier, si vous préférez. JP que cela n’intéressait guère… me rejoint cependant au pas de course, juste avant que nous entrions. Il ne le regrettera pas. C’est grandiose, un chef-d’oeuvre architectural. Génial ce jeune Charles Garnier qui ose, en 1860, présenter un projet parmi quelques 150 autres candidat dont des connus et reconnus- Son audace alliant différents styles, son ingéniosité sans pareille dans le choix des matériaux et leur association feront de lui le vainqueur. Il veut un bâtiment joyeux qui sort du classicisme des grands boulevards. L’Etat procédera à une grande coupe dans le budget octroyé et cela le poussera jusque dans ces derniers retranchements dont il sortira des trésors d’astuces et de secrets pour représenter le marbre, voir même, l’or.

200px-Apollon_opera_Garnier photo « empruntée »         parisopra029.jpg  parisopra030.jpg Opéra Garnier
Apollon, la Poésie et la Musique d’Aimé Millet, groupe placé au sommet de l’Opéra et supportant le paratonnerre.

Montparnasse et ses ateliers d’artistes
J’ai pris goût à parcourir ces endroits avec l’appui d’un guide, car passer devant tous ces ateliers sans savoir qui y avait travaillé ou passé du temps était trop frustrant. J’ai pris du plaisir à savoir que dans tel atelier vécut momentanément le peintre Picasso ou Niki de St-Phalle, Louis Aragon et Elsa Triollet, Erik Satie, César entre autres.

parisateliers022copie.jpg Ici vint se ressourcer durant un an Niki de St-Phalle… elle était bien cachée ! Giacometti y fit un passage aussi… je ne sais pas si c’était en même temps que la belle Niki de St-Phalle…

parisateliers021.jpg  parisateliers017.jpg Le Passage d’Enfer donne dans la rue Campagne Première. Il abrita l’École Freudienne (Lacan). Le peintre Foujita séjourna au 2è étage d‘un de ces ateliers. Arthur Rimbaud y demeura également et composa ici une partie de ses oeuvres. Man Ray qui étudiait à New York se lie pendant la guerre à Marcel Duchamp et rejoint le Dadaïsme; il séjourne dans un des ateliers de ce passage. Il y produit la plupart des photos des surréalistes.

parisateliers014.jpg A l’Hôtel Istria, ancien garni, se retrouvaient des artistes, dont les plus célèbres sont : Erik Satie, Elsa Triolet, Maïakovski et John Maria Rilke.

parisateliers009copie.jpg Ici vécut quelques années Pablo Picasso.

parisateliers003copie.jpg Agnès Varda termina ici, dans les années 1960, sous l’atelier recouvert d’une verrière, son film « Cléo de 5 à 7″. Sous une des verrières du fond de la cour, Jean Cocteau y présenta quelques spectacles avec ses dadaïstes.

mes ouvrages |
masque |
La magie dans tous ses états. |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | création tecktonik de teck-...
| Club 3 & 4 Roues de l'O...
| ASSO-RANDO-CLISCOUET56