Famille-Amis-Echanges-Aquarelles

12 avril 2009

2ème semaine déjà à Trou-aux-Biches

Classé sous AFRIQUE Ile Maurice — zuppigerjeanpierre @ 19:52

L’autre jour (on ne sait plus quel jour on vit…)  nous sommes allés, toujours guidés par Azad, dans le Sud-Ouest de l’île découvrir les jolies Chutes Alexandra. Pour cela, nous avons passé par une très petite forêt d’arbres à papier (autre nom ?…). Les écorces que l’on peut ramasser par terre (pas sur les troncs je vous en prie !!!) sont douces comme des lambeaux de peaux superposés et très faciles à séparer, c’est déjà presque du parchemin. En plus, l’arbre lui-même est très joli, le tronc est beige-rosé parfois un peu tortillé, comme pour imiter un jeune olivier, et fines sont ses feuilles. J’en ramènerai pour les montrer et expliquer à Amélie. Puis encore quelques kilomètres plus loin nous avons admiré les chutes des gorges de la Rivière Noire. Un cirque de roches avec des cascades qui dévalent la falaise impressionnante… on ne voyait d’ailleurs pas le fond de ce gouffre, une centaine de mètres plus bas.

mauricechamarel008.jpg  mauricechamarel010.jpg  mauricechamarel046.jpg  mauricechamarel056.jpg  mauricechamarel049.jpg  mauricechamarel034.jpg

En passant par Pétrin nous sommes ensuite partis, d’abord par une route sinueuse de « montagne » puis à travers bananeraies, ananasseraies ?? palmeraies  et champs de cannes à sucre, admirer le domaine de Terres des 7 couleurs : Chamarel. Un enchantement dans cette clairière dont le sol est constitué de terres ou d’espèces de sables de couleurs, ondulant entre les rouges, jaunes, ocres pour chavirer dans des mauves violacés intenses. Dans cette clairière aux formes presqu’érotiques, le sol provient de résidus de lave contenant des oxydes minéraux déposés sur des roches basaltiques que l’érosion a mises à jour. Le fer produit une gamme de gris foncés allant jusqu’aux rouges et l’aluminium quant à lui une variante de bleus violets allant jusqu’aux verts. C’est un rare phénomène géologique… très beau… avec un enclos de tortues de terre pratiquement apprivoisées mais affamées d’herbes vertes et qui nous reçoivent avec un large sourire… !

 mauricechamarel079.jpg  mauricechamarel084.jpg  mauricechamarel074.jpg  mauricechamarel066.jpg  mauricechamarel102.jpg  mauricechamarel095.jpg

Ensuite Azad nous a conduits au parc de Casela. Bon, très bien monté : cher et beaucoup d’oiseaux. Les corbeaux de chez nous et nos cygnes blancs ne savent pas la chance qu’ils ont d’être à Ouchy ou à Peney… sur l’île Maurice on les a mis en volières… Merci Servion, votre espace trocpical est splendide ! Il y a aussi des tigres et lionceaux, des impalas et on peut louer un quad pour en faire le tour mais on a pas voulu prendre le billet pour cette visite !!!

 

Aujourd’hui nous sommes allés à la capitale : Port-Louis, sur la côte nord et plus abritée des vents ! En arrivant on voit de suite ses buildings modernes émerger d’entre les toits des maisons. Nous nous sommes « enfilés » de suite dans le marché couvert qui m’a tant rappelé celui de Tlemcen. Haut en couleurs, en visages et en odeurs! Le rez est réservé aux légumes de saison (des lalos, des christophines mais aussi des bringelles, des patoles et autres curcurbitacées: giraumons, calebasses, etc. mais encore, je suis surprise: des choux), fruits, volailles, poissons. Beaucoup d’herbes aromatiques (thym, coriandre, pousses d’échalotes, pouletcarri). Au premier ce sont les tissus, sacs, souvenirs de toutes sortes. J’ai marchandé une nappe affichée à 850 roupies (1000 RP = 40 CHF), je lui en ai offert 400 comme on me l’avais conseillé… en passant par 600, 550… je suis partie. Il l’a mise dans un sachet et m’a rattrapée en disant : voilà pour toi aujourd’hui exceptionnellement, prends, c’est ton prix ! OUF : depuis le temps que personne n’avait plus rien fait d’EXCEPTIONNEL pour moi !     ;-) 

maauriceportlouis009.jpg   maauriceportlouis016.jpg   maauriceportlouis0152.jpg   maauriceportlouis0172.jpg   maauriceportlouis014.jpg   p1110074.jpg

Ensuite nous sommes allés au « Waterfront », anciennement une grande partie du port qui est bien aménagée. Une très belle varangue court le long du quai principal et abrite d’agréables terrasses de fast-food ou autres restos. Les immeubles au-dessus, « beaux-refaits » abritent pour leur part des commerces et des bureaux. Rien de particulier dans ce port autrement : un ou deux bateaux garde-côtes, un petit navire touristique et quelques autres. Faut dire qu’en face… c’est très très loin : l’Australie ! Que d’eau, que d’eau… La fierté de la plupart des mauriciens c’est leur bel espace « Caudan Waterfront »; galerie marchande élégante sur deux étages (et au frais, ouf! un peu de répit: plus que 25 degrés), dans laquelle on peut acheter au même tarif (ou davantage…) que chez nous tout ce que l’on peut trouver en Europe (inutile de dire que ce n’est pas à la portée de toutes les maigres bourses mauriciennes), avec en plus quelques boutiques de fringues de marques mauriciennes, tant mieux! A l’extérieur c’est un dédale de passages ou de placettes. Sur l’une de celles-là : l’entrée  »en proue » du casino qui en fait se tient dans un immeuble moderne.  Certaines façades sont en pierres de l’île: morceaux de pierre de lave allant du noir au jaune orangé. Ces murs sont très bien réalisés et magnifiques (j’en photographierai). Ils tranchent avec les couleurs vives d’autres façades. Des tourelles abritant parfois une terrasse, des escaliers partout. Juste à côté, un bel hôtel de la catégorie du Beau-Rivage, dont nous n’avons pas raté la terrasse pour déguster le très bon plat du jour avec un verre d’excellent rosé et un café, le tout pour les deux : 80 francs.

maauriceportlouis044.jpg   maauriceportlouis047.jpg   maauriceportlouis0462.jpg   maauriceportlouis032.jpg   maauriceportlouis0292.jpg   maauriceportlouis036.jpg

Après cette agréable balade au frais et cette bonne pause, nous sommes partis vaillamment en direction du centre ville par la place d’Armes qui bordée de splendides palmiers est très animée. C’est le quartier cosmopolite des banques et autres trusts. Nous sommes arrivés dans le quartier où de vieilles maisons créoles (ou leurs presque ruines) résistent tant bien que mal et plutôt mal, au béton envahisseur. Ma tête tourne un peu à cause de la chaleur certes, mais surtout, je « vois » en toile de fond, se dérouler des pans de vie des habitants multi ethniques de ces jolis quartiers soignés, il y a encore ne serait-ce que 50 ans… Aujourd’hui, c’est l’anarchie dans les rues, tout s’y trouve pêle-mêle et tous se frôlent souvent enveloppés d’odeurs que nous n’apprécions pas vraiment. Nous passons la rue des maximes… (un peu comme à Trois-Rivières qui en somme, c’est drôle… est le chef-lieu de la Mauricie… du Québec) ! sauf qu’ici, sur l’île Maurice, les pensées sont de petites pancartes bleues vissées sur les jolis réverbères. Nous croisons aussi la grande Mosquée dans son quartier arabe, avec la rue des marchands de tissus – où j’achète 30 m. de mou(ch)stiquaire pour l’été à Peney – et ses artisans ainsi qu’un peu plus loin le Consulat Suisse… je ne sais pas si c’était son Excellence à la fenêtre … ?

p11101031.jpg  maauriceportlouis077.jpg  p1110099.jpg  maauriceportlouis085.jpg  maauriceportlouis0862.jpg  maauriceportlouis070.jpg  p1110096.jpg  maauriceportlouis081.jpg

 

En fin d’après-midi nous nous rendons à la gare routièrepour reprendre le bus… enfin pour chercher un bus pour Trou’biches car il y en a quelques-uns et tous bougent ou presque… c’est la valse… enfin non plutôt le sega des bus avec crachers non pas de feu mais de diesel en fumées noires et puantes… finalement un « sort » du lot et on s’installe, hélas presque les derniers… donc sur une des 4 roues. Le chauffeur, on est de suite au « parfum de diesel », est un sportif, il pèse sur les gaz par à-coups comme un pilote de formule 1 jusqu’à ce que l’on démarre enfin. Il fait chaud bon chaud ! Premier rond-point on a cru que l’on versait, puis bout droit, les gaz entrent par la fenêtre que l’on était heureux d’avoir à côté de nous. Je ravale… JP est crispé ! il plante les freins, redémarre en trombe, s’écrase sur les bosses et au fond des trous. Rase les arbres ou les piétons, frôle les voitures ou les motos de droite. Ca me déclenche le fou-rire car j’ai vraiment l’impression d’être sur l’Himalaya de mes 15 ans à Ouchy. Amortisseurs sont morts… et mon dos prend de sacrées secousses… à la troisième j’ai repéré, au moindre envol je me soulève… on réalise en route que nous sommes dans l »express » Port-Louis – Trou aux biches ! La nuit est tombée entre-temps et nous sommes heureux d’arriver sans incident (relativement peu semblerait-il si on considère les risques pris à chaque seconde… ), peut-être un peu pétés quand même par l’Aventure et les gaz… une bonne petite « bleue » nous remettra les idées en place !

maauriceportlouis110.jpg     maauriceportlouis113.jpg     maauriceportlouis112.jpg     maauriceportlouis1202.jpg

 

 

A la maison de Jean-Bernard, nous sommes gâtés-pourris. JB est d’une générosité et d’une gentillesse vraiment rarissimes. Tout le monde est aux petits soins pour nous et tout ce passe avec le sourire. Nous mangeons mieux que dans les restos que nous avons fréquentés jusqu’à maintenant. Tout est très bon, du petit déjeuner croissants en passant par le dîner et le souper. Nous sommes très sobres question alcool. Fait presque trop chaud pour cela, on craque parfois pourtant bien sûr ! Je ne fais RIEN … de RIEN ! Un peu de lecture, le blog et peu de bronzette car il fait si chaud. On nous change les draps et les linges tous les 2 jours car je trouvais que tous les jours c’était un peu exagéré… On me lave et repasse nos affaires. Tout est parfait à part que l’on manque un peu d’indépendance au sujet de se balader dans l’île car rouler à gauche et vite… c’est pas évident ICI !!!

p1100888.jpg  p1100874.jpg  p1100869.jpg  p1100898.jpg  p1100860.jpg  p1100876.jpg

Une des employées de JB (Angélique) a fêté son 33ème anniversaire et nous avons eu droit, à domicile à une fort sympathique soirée entre mauriciens car presque toute sa famille invitée est venue : papa qui a le type 80% asiatique et maman qui elle est d’origine haïtienne, les soeurs et ses frères, sans oublier l’orchestre et ses danseuses de sega. Très colorées ces belles jupes froufroutantes, des maquillages soignés malgré la température, très joyeux et joliment exotiques ces déhanchés … vous imaginez; l’ambiance était chaude dans tous les sens du terme ! Mais comme c’était Pâques, donc congé le lendemain, à minuit ils sont tous partis pour aller terminer la fête comme la plupart des mauriciens, sur la plage! A demain…

p1100965.jpg  p1100953.jpg  p1100932.jpg  p1100929.jpg  p1100913.jpg  p1100909.jpg

 

 

Ballade en bus à Grand-Baie
Alors le bus ici c’est toute une aventure… pas chère mais qui garantit de bonnes sensations rappelant celle que l’on peut ressentir à la « Fête du printemps » à Bellerive. Ils roulent à toute allure et tout le monde slalome entre eux; de plus, ça pue le diesel qui noirçit l’air… par bouffées indigestes… pour les piétons qui doivent vraiment faire gaffe du côté sans trottoir !!!

mauricegrandbaie043.jpg     mauricegrandbaie019.jpg     mauricegrandbaie020.jpg     mauricegrandbaie022.jpg     mauricegrandbaie050.jpg     mauricegrandbaie033.jpg

Grand-Baie c’est le St-Trop du nord de l’île nous dit-on… ouais… c’est plutôt moitié l’Afrique, moitié l’Inde… la plage est certes aussi bordée de hauts filaos sous lesquels des vendeurs de glaces et limonades installent leurs « charettes » colorées, quelques vendeurs d’ananas, bananes ou noix de coco ainsi que quelques groupes d’hommes jouant à des jeux d’argent et n’appréciant guère que je les observe de trop près. Quelques magasins de sport, de décoration, des boutiques « KDO », un petit port de plaisance. Une galerie d’art pas mal. A part cela, au fin fond des ruelles de chaque côtés décorées de toutes sortes de paréos, sandales, T-shirts, chapeaux, etc. : le Grand Bazar de Grand-Baie… une espèce de souk dans lequel il fait une touffeur effroyable. Les vendeurs, vendeuses vous harponnent et vous collent, il fait au moins 40 degrés, c’est irrespirable et insupportable. Ca vaut le détour pour quelques minutes sans plus !

 

 

mauricetroubichestemplehindou026.jpg     mauricetroubichestemplehindou027.jpg     mauricetroubichestemplehindou031.jpg le haut des branches   mauricetroubichestemplehindou032.jpg et le bas : voici le BANIAN (Multipliant) !

Aujourd’hui, la pluie menace sans cesse, le temps est « moche » ici… pour les mauriciens. L’hiver est aux portes et il fait mauvais… alors nous partons à pied découvrir les environs de notre quartier. Nous nous sommes déjà bien habitués à la chaleur (qui est effectivement moins intense, plus que 29 degrés et 88 d’humidité). Sortis de la grande route nous prenons une rue moitié goudronnée moitié terreuse et nous arrivons au Temple hindou le plus beau de l’île (Grand Bassin vient juste derrière). Le multipliant qui se trouve à l’entrée de son parc est lui aussi le plus beau de l’île… nous verrons bien par la suite si cela se vérifie mais en tout cas il est immense et splendide. Sa chevelure décolorée dans les pointes se balance légèrement dans le vent: superbe ! On l’appelle le Multipliant car selon ce que l’on m’a dit ses branches descendent jusqu’au sol pour s’y enraciner et repousser.

Un gros nuage perce et nous arrose… on court se mettre à l’abri dans le temple, fini de construire en 1891. Nous visitons tous les pavillons sans rien comprendre à ce que le pseudo guide antipathique (le premier de l’île et peut-être le seul… on peut pas être le meilleur ou le plus beau dans tout) nous raconte. Il s’en fout d’ailleurs, il veut des roupies, c’est tout et ne me donne aucune envie de m’intéresser… ça m’arrange bien car c’est tellement compliqué leurs légendes : Shiva, Krishna, Vishnou,  Muruga, l’exemplaire Ganesh et cie. Il est bien trop tard pour tenter de me faire une culture !!! C’est beau, bien fait et ça sent les bâtons brûlants partout sans compter qu’à pieds nus sur leur carrelage c’est vraiment casse-gueule !!!

mauricetroubichestemplehindou010.jpg     mauricetroubichestemplehindou036.jpg     mauricetroubichestemplehindou018.jpg     mauricetroubichestemplehindou022.jpg     mauricetroubichestemplehindou016.jpg

100 m. plus loin nous prenons une petite rue sur laquelle débouchent plein de ruelles de terre et à la végétation exhubérante.

Demain, la suite de notre balade…

J’ai pris du retard car nous sommes presque chaque jour en route et faisons très peu de plage vu qu’il n’y a pas de poissons, on a moins envie et puis l’île regorge d’endroits intéressants et beaux.

mauricetroubichestemplehindou038.jpg   p1100818.jpg   mauricetroubichestemplehindou041.jpg   mauricetroubichestemplehindou050.jpg   mauricetroubichestemplehindou055.jpg

Pour en revenir à l’arrière de notre quartier, nous avons quitté après 300m. la route « cantonale », pris un chemin dont le goudron est complètement défoncé, je vous l’ai dit. Poursuivant, nous rencontrons alors plein de « passages » caillouteux à la terre souvent ocre, voire rougeâtre sous les denses frondaisons qui s’inclinent et se déclinent dans tous les tons du vert tendre au vert très foncé, en passant par des jaunes orangés. En feuilles épaisses et lourdes soit en fines tiges longues et souples s’entremêlant à tout et s’agrippant aux pans de murs ou passant par-dessus des tôles rouillées. Emergent de toute cette nature dévergondée: des arbres à pain, des cocotiers qui menacent de vous tomber sur la tête…, des dattiers sauvages, des bananiers et tous ceux que l’on ne connaît pas; ils s’offrent à nos yeux écarquillés. Une vieille dame cueille au déboucher de son sentier de terre de jolies feuilles sur un arbre qui me fait penser à une sorte d’acacia. Je lui demande ce qu’elle en fait… Elle ne parle pas français. Il n’y a plus de dent dans sa bouche qu’elle ouvre pour me répondre : saoup! et son coeur s’ouvre lui aussi pour me gratifier d’un large sourire. Je froisse quelques feuilles et en effet, en bien plus jolies, de goût elles ressemblent à notre plante « maggi ».

 Nous passons aussi devant le « garage »du mécanicien de motos, devant une adorable maison peinte de couleur vieux rose et ornée d’un adorable jardin dans lequel un vieux monsieur repeint avec de concentration (à moins qu’il ne soit sourd car n’entend pas mon déclencheur) une barque de belles formes et dont la madame le suit des yeux de par derrière sa fenêtre grillagées en me souriant. Les gens sont adorables ici.

 mauricetroubichestemplehindou037.jpg  p1100821.jpg  p1100823.jpg  mauricetroubichestemplehindou056.jpg  mauricetroubichestemplehindou053.jpg  mauricetroubichestemplehindou043.jpg  p1100819.jpg  mauricegrandbaie026.jpg

 

Une Réponse à “2ème semaine déjà à Trou-aux-Biches”

  1. Patrick et Silvana dit :

    Eh bein non les tulipes ne sont pas encore totalement en fleurs, par contre les primevères, les primebleues, etc…… profitez bien et revenez bronzés, car Silvana est déjà toute noire…..
    Bisous

Laisser un commentaire

mes ouvrages |
masque |
La magie dans tous ses états. |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | création tecktonik de teck-...
| Club 3 & 4 Roues de l'O...
| ASSO-RANDO-CLISCOUET56