Famille-Amis-Echanges-Aquarelles

19 avril 2009

3ème semaine sur l’île Maurice

Classé sous AFRIQUE Ile Maurice — zuppigerjeanpierre @ 19:58

23 avril 2009
Aujourd’hui ce sera journée plage de Trou’biches et flemme! Si je veux rentrer presqu’aussi bronzée que Sylvana… faut que je m’y mette sérieusement , comme me le conseille Patrick. Il fait si chaud que l’on tient pas vraiment au soleil… sauf si on est mouillé de la tête aux pieds. Puis tout à coup le ciel se couvre de nuages et le soleil disparaît… RA aurait-il une dent contre moi ? il ne fait pas froid pour autant !

Vous ai-je précisé que Maurice, ainsi que Rodrigues, Saint-Brandon et Agaléga, font partie de l’archipel des Mascareignes (d’après le nom du navigateur portugais Pedro Mascarenhas), propriétés Mauriciennes, tout comme La Réunion qui est, elle, Française. Nous sommes ici à 9,500 km de Paris et 220 km au nord-est de La Réunion. Maurice fait environ 65 km de long sur 45 km de large. Son point culminant Piton de la Rivière Noire se hisse à 828 m. La langue officelle est l’anglais. Depuis les dernières élections en 2005, Navin Ramgoolan en est le Premier ministre. On nous dit qu’à première vue toutes ces ethnies, ces genres politico-socio s’entendent à merveille mais qu’en réalité le contentement n’est pas « total ». Par contre ils sont tous très heureux de ces splendides palaces, des golfs qui grignotent leur littoral ainsi que des gros trusts automobiles qui viennent construire des buildings.

mauriceplages002.jpg     p1110160.jpg  en ville : maauriceportlouis105.jpg  maauriceportlouis054.jpg  p1110081.jpg

 

22 avril 2009
Nous sommes partis ce matin avec Azad pour aller admirer les côtes extrême-Sud de l’île Maurice. D’abord nous avons été sur le site de Souffleur: pour y arriver c’est pas simple… il faut trouver le village de l’Escalier et… à plat… continuer … au fond des champs de canne à sucre et sur des pistes en terre battue avec gros nids de poule, comme dab, remplis d’eau de pluie ou d’irrigation.  Même Azad a dû demander confirmation pour notre chemin… au bout de quelques km, on trouve la cheminée et le splendide banian d’au moins 30 m. de haut qu’indique enfin précisément Le Routard et on continue sur notre piste, un moment donné à un carrefour (de pistes)… un gros caillou noir (de lave je vous le rappelle) indique, écriture manuscrite blanche : « Le Souffleur ». On continue encore quelques km en traversant des clairières, des forêts de toutes sortes d’arbres différents et magnifiques, bordées de murets mauriciens comme j’aime, en pierres sèches artistiquement disposées, de beaux buissons fleuris également mais je sens que les moustiques sont tous déjà aux aguets et prêts à m’agresser que je renonce aux photos. On se gare enfin sur une espèce de grande pelouse pourdécouvrir finalement la côte sud. Faite de rochers, d’éboulis ou de falaises noires se détachant sur le fond d’écran bleu turquoise de l’Océan indien. Ici, les vagues furieuses parce que aucun récif ne les retient, et bien que le vent ne soit que brises aujourd’hui, s’engoufrent dans ces espèces de marmites creusées par elles depuis des siècles et jaillissent rageuses au-dessus de certains blocs en faisant un bruit sourd et profond, pour en redescendre, écume blanche de mes limonades d’autrefois. Nous nous promenons à pied une petite heure à travers ces clairières magnifiques où le noir des pierres et des troncs s’accordent si bien avec tous les tons de verts. Du plus tendre au plus fluo en passant par les verts de gris et vert bouteille; des fines et longues aiguilles des filaos aux grosses feuilles de gommiers bien lourdes au-dessus d’un tapis de touffes fines et frémissantes… c’est très beau… autant que l’océan !

mauricectesudsouffleur047.jpg  mauricectesudsouffleur057.jpg  mauricectesudsouffleur022.jpg  mauricectesudsouffleur024.jpg  p1110277.jpg  p1110287.jpg

mauricectesudsouffleur055.jpg  mauricectesudsouffleur013.jpg  p11102721.jpg  mauricectesudsouffleur012.jpg  p1110288.jpg  mauricectesudsouffleur028.jpg 

Après avoir fait chemin inverse nous nous sommes rendus à Souillac pour y rejoindre, en bord de mer, le quartier pittoresque de Gris Gris (paraît que ce nom provient de séances de magie noire pratiquées autrefois… sur cette plage). Mais… pourquoi n’auraient-elles plus court de nos jours, je me le demande… Nous avons mangé chez Rosy trois excellents repas pour 700 RP (sans vin) soit 28 CHF presque en face d’une adorable vieille maison dont les quelques murs résistent comme ceux de l’ancienne fontaine du village. Aux alentours existent déjà et se construisent encore d’immenses complexes hôteliers de luxe, s’octroyant ainsi d’immenses domaines de cannes à sucre… anéantis également pour laisser la place à des terrains de golf… mais faisons en sorte que subsistent encore de très longues années ces petits bistrots aussi authentiques que sympathiques dans lesquels l’envie de faire plaisir s’allie tellement bien à celle de rencontrer d’autres gens et souhaitons que ces qualités demeurent encore le sel de la vie au pays de la canne à sucre !

mauricectesudsouffleur0511.jpg p1110292.jpg p1110299.jpg mauricectesudsouffleur007.jpg mauricectesudsouffleur088.jpg mauricectesudsouffleur052.jpg mauricectesudsouffleur005.jpg

Dans l’après-midi nous avons repris la route pour longer encore les côtes et admirer les murs borgnes des palaces ou futurs palais à touristes… qui doivent admirer la vue sur l’Océan de leur piscines extraordinaires. Plus tard, nous avons retrouvé de belles plages plus populaires mais aux baignades dangereuses, l’eau est presque invisible tant elle est transparente. Il semblerait que les fonds soient irréguliers, tranchants parfois de débris de coraux et que le courant nous entraînerait facilement vers le récif. Seuls quelques pêcheurs y faisaient trempette jusqu’au ventre… Nous avons pu admirer de près le Morne Brabant… très belles côtes que le Sud, mais moins hospitalières que celles du Nord de l’île.

p1110295.jpg  p1110306.jpg   mauricectesudsouffleur084.jpg   mauricectesudsouffleur081.jpg  mauricectesudsouffleur063.jpg  mauricectesudsouffleur067.jpg  mauricectesudsouffleur066.jpg  p1110296.jpg

Dans notre escapade d’aujourd’hui, nous avons probablement vu le plus grand palmier de l’île, de modestes pêcheurs revenus du large dans leur petites barques pour vendre au hameau leurs poissons tout frais sur le bord de la mangrove. Jean-Pierre et Azad ont vu deux singes traverser la route devant nous; JP a cru que c’étaient des chiens mais quand ils les a vus sauter dans les branches de l’arbre…  Hélas, j’ai raté cela ! Mais en deux ou trois fois que nous allons dans le Sud j’ai l’impression que les gens y voient le touriste avec moins de plaisir que dans le nord où je crois, il se « mélange » davantage à la population locale. J’écris bien : …c’est une impression.

 

Aujourd’hui 21 avril 2009 :
Vous ai-je dit que JB nous prêtait aussi deux vélos et que c’est avec ces 2-roues que depuis dix jours nous familiarisons avec la route, déjà pour aller à la plage. Ce matin on s’est baladé un peu dans les environs du quartier, mais il fait à nouveau plus chaud (32 au moins) et je crois que c’est par litres que l’on sue par le front ! Quant à notre douche, plus de mauvaise surprise, le bouchon a été remis par Azad et Sandra a fait « à-fond » tout le coin, le tuyau par lequel avait dû rentrer notre serpent et notre gros escargot n’est maintenant plus praticable…
p1110251.jpg   p1110247.jpg   p1110254.jpg   p1110257.jpg   p1110263.jpg

Après dîner, un peu de blog, un peu de lecture et hop à la plage. Là, nous avons admiré la dextérité d’un homme pelant, enfin, nous préparant de fort jolie manière un délicieux ananas… ah! Roland si tu voyais la vitesse ! Inutile de dire que je n’ai pas résisté, qu’il était savoureux et nous que nous l’avons dégusté ! Puis coucher de soleil très joli, douche, bon souper, bavardages, blog puis Skype appelle… Génial ce Skype, c’est notre Amélie Chérie qui nous raconte depuis avant-hier ses prouesses à vélo sans les petites roues… que je me réjouis d’assister à cet immense essor ! Elle nous a montré aussi des dessins plein de coeurs qu’elle préparait pour la fête des mamans. Alicia était, dommage, déjà couchée.

 

GRANDE PREMIERE :
Nous avons enfin osé prendre la voiture que Jean-Bernard nous met, aussi généreusement que tout le restse, à disposition. Jean-Pierre s’est installé à droite au volant dont les vitesses sont évidemment inversées… et nous voilà partis, sur la gauche de la route… nous concentrant à fond dans les carrefours. Les essuie-glaces entrent en action chaque fois qu’il veut mettre le signophyl… paraît que c’est à cela surtout que l’on reconnaît les nouveaux arrivés sur l’île… ils aspergent régulièrement leur pare-brise ! Moi je ne suis pas encore mûre pour conduire ici.

  mauriceanselaraiepeyreybre018.jpg Cap Malheureux, renversant pour les bateaux…      mauriceanselaraiepeyreybre005.jpg  mauriceanselaraiepeyreybre020.jpg

Nous sommes donc gaillardement partis en direction conseillée par JB : Cap Malheureux est un petit village agréable au nord de l’île, avec une vue magnifique sur les îles Coin de Mire, île Plate et îlot Gabriel, croisées l’autre jour en allant sur l’île Plate. Il doit son nom aux nombreux naufrages qui se sont déroulés sur ses côtes dont celui du bateau ramenant Virgine. Connaissez-vous cette dramatique histoire (que personnellement j’ignorais) de Paul et Virginie ? http://fr.wikipedia.org/wiki/Paul_et_Virginie_(roman) Les anglais arrivèrent à y débarquer en 1810 pour s’installer sur l’île. Le joyau de ce petit coin magnifique est son église au toit rouge – pas sans nous rappeler le celles de St-Jean sur l’île d’Orléans et de Tadoussac. Il paraît que le dimanche c’est haut en couleurs avec les offices religieux et les danses… on ira peut-être admirer ! Je me fais souvent la remarque que les maisons créoles ont un petit quelque chose de commun avec les anciennes maisons québequoises: leurs jolies varangues, leurs balustrades aux ravissantes découpes ainsi que parfois leurs couleurs vives.

p1110204.jpg  mauriceanselaraiepeyreybre001.jpg  p1110212.jpg  mauriceanselaraiepeyreybre011.jpg  mauriceanselaraiepeyreybre010.jpg 

A Grand-Gaube nous nous sommes arrêtés tant le bord de mer était une immense carte postale, de celles qui font tant envie quand on est chez nous et qu’il fait frais trop longtemps… Nous avons pu, à marée basse, photographier une jolie grue et même quelques poissons tant l’eau était limpide. Après, crevant de soif, nous avons bu un délicieux coktail de fruit (sans alcool) bien frais sur une adorable toute petite terrasse sous les arbres et surplombant la plage. M. Martin est venu à plusieurs reprises nous saluer et s’est laissé photographier assez facilement. Puis nous avons été nous affaler sur la plage.

mauriceanselaraiepeyreybre038.jpg  mauriceanselaraiepeyreybre037.jpg  mauriceanselaraiepeyreybre034.jpg  mauriceanselaraiepeyreybre029.jpg

J’ai bien apprécié cette partie de l’île car la végétation est moins dense, surtout en hauteur, cela donne ainsi l’impression qu’elle est moins tropicale. Quelques très belles villas magnifiquement entretenues dans les environs font rêver.

    p1110226.jpg  p1110224.jpg  mauriceanselaraiepeyreybre049.jpg  mauriceanselaraiepeyreybre043.jpg   mauriceanselaraiepeyreybre041.jpg

 

Pour notre 3ème semaine : entre hier et aujourd’hui nous avons eu notre comptant d’émotions.

Hier après-midi dans le magnifique lagon turquoise de l’île Plate je me pavanais avec précaution pour ne pas marcher sur les débris de coraux qui sont coriaces (c’est si transparent que l’on voit comme avec une loupe dans cette eau claire) lorsque soudain je sens mon pied droit soulevé sûrement par une douce puissance invisible… je vois juste un petit nuage de sable autour de mon pied et… 30 cm plus loin déjà une jolie raie beige d’environ 30 à 40 cm file s’enfouir à nouveau sous le sable… Pierre… tu aurais pu me dire que tu l’avais cachée là et qu’elle me guettait… vilain farceur, quelle émotion ! A part ça cet endroit est celui qui nous réconcilie avec l’idée que l’on se faisait de Maurice. Ici, passé la barrière de corail, entre l’île Plate, Coin de Mire et l’îlot Gabriel c’est turquoise tout autour de nous. Le lagon de rêve avec sa transparence de l’eau au-dessus du sable blanc sur lequel on voit son ombre se refléter. C’est rafraichissant sans nous refroidir, il n’y a qu’à choisir ses pas… 2h. de catamaran ont suffit pour nous y amener tranquillement. Bien sûr… ce n’est pas comme avec Maurablia mais z’enfin… c’est magnifique ! Nous n’avions ni palmes ni tubas… nous reviendrons donc car il paraît que là il y a de jolis poissons à admirer. On a vu aussi une espèce humaine particulière toute noire se mettre à l’eau avec toutes ses « pattes » autour d’elle…

p1110172.jpg   p1110168.jpg   p1110185.jpg   2009mauriceileplate057.jpg   2009mauriceileplate023.jpg   2009mauriceileplate031.jpg  

Ce soir, en rentrant de la plage je prends ma douche avant JP. Son tour à peine arrivé qu’il revient en me demandant : « tu as vu ce qu’il y a dans la douche ? » non ! ben viens voir ! c’est quoi, une nouvelle arraignée (6 cm au moins l’autre jour) ? tu vois pas, là ? et là, ben  justement: horreur ! sur  la petite tablette en hauteur, là précisément où je pose mes lunettes, un serpent tout fin de 40-50 cm se glisse juste au-dessus du carrelage, sur le crépis et file se cacher derrière le chauffe-eau. JB aussitôt alerté accourt et tente de le chasser avec la brosse, il se dresse, se défend et s’agrippe, ainsi JB peut le transporter à l’extérieur où je lui tire le portrait et … ma révérence. JB n’a jamais vu ça depuis trois ans qu’il est ici… fallait que ça tombe sur nous… je ne sais pas comment ce soir je vais dormir sous ma moustiquaire? Le gecko dans la chambre pas de soucis on a déjà vécu avec dans le sud algérien, mais le serpent et les arraignées… NON merci ! Selon Internet ce ne peut être qu’une couleuvre ou une vipère… inoffensives… mais traumatisantes pour moi ! Ah! Janoche et Sylvana si vous aviez vu cette arraignée…

p1100763.jpg   mauriceplagetroubiches029.jpg   fleurs003.jpg   mauriceanselaraiepeyreybre059.jpg   fleurs005.jpg   fleurs001.jpg

 

Mercredi nous sommes retournés dans le Sud CAR il faisait BEAU TEMPS! C’est génial ici quand il y a quelques nuages et une averse, ils disent qu’il fait froid et chopent le rhume… normal: l’hiver arrive ! Nous, on est contents car c’est moins étouffant ! Dans le Sud il faut y aller quand il fait GRAND beau car les nuages bleu acier restent volontiers accrochés à ces hauts sommets qui culminent à 800 et quelques mètres et la température chute drastiquement à 25 degrés !!!

Bref en passant par MOKA sans boire de kaoua… nous nous sommes rendus à la Maison Eurêka. Cette magnifique demeure coloniale construite en 1830 a été rachetée par Henri Le Clézio (arrière grand-père de JMG Le Clézio) en 1856 et habitée par sa famille jusqu’en 1985. 14 chambres et 109 portes : une grande pièce centrale et rectangulaire quadrillée de parois pour former les chambres, l’intérieur est simplement constitué. Tout le tour de la maison court une adorable varangue où les brises du Mont Ory (au riz) viennent doucement offrir l’illusion de fraîcheur. Cet homme vigoureux ayant fait à sa (ou ses) femme(s) 17 enfants, fût ensuite le grand-père d’une centaine de petits-enfants et il n’a pas été possible de morceler son domaine qui pourtant était entouré et comporte encore de ravissantes petites maisons créoles dans son parc. Elles étaient destinées aux visiteurs amis et au personnel. Modeste, si on m’en donnait une, je l’accepterai ! Il n’est pas courant de pouvoir visiter une maison coloniale et nous nous sommes régalés : nous avons très bien pu imaginer la vie confortable de ces nantis patrons de champs de cannes à sucre… quoique… à l’époque : rien contre les moustiques et pas de clim, alors ? fallait supporter le climat !?

mauriceeurekaagla024.jpg  mauriceeurekaagla028.jpg  mauriceeurekaagla001.jpg  mauriceeurekaagla004.jpg  mauriceeurekaagla009.jpg  mauriceeurekaagla012.jpg    mauriceeurekaagla013.jpg  pour les patrons

mauriceeurekaagla034.jpg  mauriceeurekaagla030.jpg pour les employés  mauriceeurekaagla022.jpg  mauriceeurekaagla025.jpg  mauriceeurekaagla018.jpg

et aujourd’hui : charmants studios à louer aux touristes qui ont tout intérêt à se munir d’un efficace anti-moustiques !

Puis Azad nous a emmenés à Mahébourg, lovée dans le creux de la baie de Vieux Grand Port, devant le musée d’Histoire nationale installé dans le château Robillard (demeure coloniale au fond d’un petit parc) et que nous avons visité. Gravures relatant la bataille de Vieux Grand Port et la traite des Noirs, de la vaisselle et du mobilier de la Compagnie des Indes. Ensuite nous avons roulé à travers un dédale de rues à nids de poule et aux vieilles maisons de pêcheurs pour aller manger sur la jolie terrasse de « Les copains d’abord » dans le port de Mahébourg. Je suppute que là Azad s’est fait plaisir aussi car l’endroit est joliment aménagé, à l’européenne puis-je dire et qu’en dehors du village par lequel nous sommes arrivés il n’y a plus grand-chose à cet endroit de typiquement mauricien, ce sont des quais « propres-en-ordre ». Heureusement, restent la mer avec ses couleurs merveilleuses ainsi que ses jolies îles au large… !

mauriceeurekaagla053.jpg : au bout du quai   mauriceeurekaagla0491.jpg     mauriceeurekaagla0481.jpg : dans la rue  mauriceeurekaagla068.jpg : fleur passée de bananier

Pour rentrer, nous avons longé la côte sud qui est beaucoup moins développée touristiquement parlant et très maraîchère. Avons vu beaucoup de bananiers avec leurs fleurs hélas presque fanées. Les champs de canne à sucre toujours dont les mauriciens nouent les tiges pour les empêcher de tomber sur la route, des grands jardins potagers très bien entretenus. Toutes ces cultures sont souvent submergées par les vagues. La mer s’infiltre partout et ronge les terres. Pour pallier à ces dégâts c’est un immense travail et qui a son coût… les mauriciens plantent des petits arbres… par endroits ils sont déjà assez grands et forment une mangrove épaisse.

  mauriceeurekaagla064.jpg  mauriceeurekaagla063.jpg  mauriceeurekaagla058.jpg  mauriceeurekaagla059.jpg 

Pour arriver à Trou-aux-Biches, Azad nous a fait passer par « Fond-du-Sac », une route pas habituelle, en terre brun-rouge, cachée dans les immenses champs vert pétant de canne à sucre et à dangereux « nids de poule » encore pleins de l’eau du dernier orage. Nous avons eu la chance d’apercevoir un modeste arc-en-ciel et d’assister à un joli coucher de soleil en rase campagne. Encore une belle journée et plein d’images dans nos petites têtes et nos appareils de photos !

mauriceeurekaagla0791.jpg     mauriceeurekaagla081.jpg     mauriceeurekaagla077.jpg     mauriceeurekaagla085.jpg

 

Laisser un commentaire

mes ouvrages |
masque |
La magie dans tous ses états. |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | création tecktonik de teck-...
| Club 3 & 4 Roues de l'O...
| ASSO-RANDO-CLISCOUET56