Famille-Amis-Echanges-Loisirs-Voyages

  • Accueil
  • > Archives pour juillet 2009

30 juillet 2009

L’Estrée nous incite à une belle balade « à travers Ropraz »

Classé sous SUISSE — zuppigerjeanpierre @ 21:32

Empreintes… tel est le terme choisi par Alain Gilliéron pour marquer les vingt de son « enfant » : l’Estrée. Une quinzaine de jours à travers Ropraz pour célébrer l’ouverture de cette autre grange merveilleuse. Une balade bucolique dont je suis revenue, comme « d’un autre temps » peut-être que d’autres en sont revenus comme « d’une planète inconnue »… c’est-à-dire de loin !  

ropraz017.jpg J’ai débuté la balade dans les locaux magnifiques de la Fondation de l’Estrée pour admirer le travail de l’artiste « tatooeur » Christophe Margot ainsi que le courage de ses… patients. Des murs ont jailli les peintures fantasmagoriques et vibrantes de Filder Algustin Pena, indien péruvien Shipibo. Riches de couleurs et de formes, elles représentent des rites et symboles chamaniques de son peuple vivant aux abords du fleuve Ucayali. Elles sont fortes et m’ont dansé sous les yeux et dans le dos. Je crois qu’à l’étage, belle initiative encore, le film « Home » d’Arthus-Bertrand pouvait être regardé mais l’ayant déjà vu deux fois…  

A l’extérieur, je suis descendue au fond du ravin par le sentier herbeux et après avoir chaussé les bottes mises discrètement à ma disposition, me suis assise sur le vieux banc dans l’eau du ruisseau, sous le petit pont, bien plus vieux que le banc. J’ai admiré le ciel vert de la frondaison, les reflets et les éclats du soleil dans l’eau, j’ai respiré.  ropraz081.jpg  Ensuite j’ai observé une fourmilière censée être accompagné de musique mais les écouteurs s’étaient « volatilisés », puis un arbre extraordinairement beau que la tempête de grêle a hélas déraciné le lendemain. Sous le grand arbre suivant, un autre banc accueille, sous le grand noyer, quelques personnes captivées par la voix de Christophe Balissat lisant des textes de Gustave Roud.

Au Moulin, flash sur le travail des femmes kenyannes cultivatrices de maïs… arrêt sur image pour laisser le temps au maître des lieux de nous affirmer que juste chez nous, ici dans ce petit coin de Terre, les céréales aussi sont essentielles et que pas moins de 2000 tonnes par année transitent par ce moulin. Tout tranquillement je suis arrivée à la forge.

Quelle forge ! un atelier remarquable, un véritable tableau monochrome dès le pas de porte  ropraz052.jpg  ropraz065.jpg  ropraz062.jpg. En grimpant l’escalier j’ai pris le temps de contempler le magnifique coq italien qui se pavanait au-dessous dans l’herbe verte mais, arrivée à l’étage, pas de Vincent Desmeules. Toutefois j’ai été « galvanisée » par ses sculptures. Tombée en admiration devant le balancement délicat de ces masses noires pleine d’aspérités dont une des faces lisse et brillante jouait si bien avec le jaune or du mur voisin… j’ai pensé à ce moment-là à Chloé et Colin dans l’Ecume des jours de Boris Vian.  

Puis c’est Chantal Quéhen, artiste peintre que nous rencontrons. Elle aquarelle, ou dessine à l’encre, de beaux arbres, des détails de verdure, de fruits. Elle en construit une histoire dépliante, originale et harmonieuse, motivée en cela par les récits des visiteurs concernant la récente tempête de grêle! 

ropraz016.jpg   ropraz2001.jpg   ropraz025.jpg   ropraz077.jpg   ropraz075.jpg   ropraz057.jpg

Un peu plus loin une jeune artiste peintre a osé « s’attaquer » à la plus riche façade (en portes et en vieilles pierres) de la rue. Le fond est posé, il est tout simplement formidable de texture et de nuances. Les portes sont placées, il reste leurs teintes et leurs entourages de molasse… mais Sonia Trolliet ne tient pas forcément à la réalité… elle « attend » LA sienne! Je reviendrai pour la découvrir, j’aime déjà ce tableau !   ropraz011.jpg  ropraz007.jpg  ropraz006.jpg  ropraz009.jpg

Avec délice je me suis assise à nouveau sur un banc, face aux alpes fribourgeoises et j’ai écouté, ravie, les « Rêves » de Schubert. Au soleil agréablement tiède je me serais laissée bercer… si ce n’était pas que… (presque) un rêve…  ropraz033.jpg  ropraz079.jpg

Finalement, j’ai découvert, inculte que je suis, les poèmes de Jacques Chessex. Sébastien Gautier m’a ouvert les oreilles sur cette facette de l’écrivain dans laquelle j’ai cru retrouver l’atmosphère un peu sinistre qui plane dans ses livres et que je n’apprécie pas vraiment. Toutefois, notre excellent lecteur a compris mon sentiment et a finalement lu un poème d’amour que j’ai trouvé très doux et très beau.  

A Travers Ropraz, j’ai « sauté » hélas quelques postes : les improvisations au piano de Marie-Laure de Beausacq, les peintures de Marie Stürler entre autres peut-être. C’est très dommage mais je suis sûre que vous, vous aurez passé partout! Sinon, on reviendra dans vingt ans ou… l’été prochain !

Merci Alain et tous les participants pour ce cadeau ! 

29 juillet 2009

Après la grêle… Peney-le-Jorat surréaliste refleurit pour L’Abbaye du Trèfle d’Or et la Fête nationale

Classé sous SUISSE — zuppigerjeanpierre @ 20:49

trfle001.jpg De tous côtés c’est l’effervesence dans le village… c’est tout bientôt la grande fête de l’Abbaye du Trèfle d’Or qui se déroulera vendredi, samedi et dimanche. Mais ce sera également samedi, la Fête nationale Suisse du Ier août avec son grand feu de joie, sa cantine sympathique dressée sur la colline où tout le monde pourra se régaler, puis assister, accompagner ou écouter les chants patriotiques !

Pour l’occasion, en quelques heures des sapins ont été posés dans les rues et chemins… et de belles fleurs y ont été accrochées. Des heures de travail bénévole par d’habiles et talentueuses mains les ont confectionnées avec du PET ! Admirez plutôt !

abbayeprparatifs015.jpg   abbayeprparatifs019.jpg   abbayeprparatifs021.jpg   abbayeprparatifs022.jpg   abbayeprparatifs023.jpg   abbayeprparatifs026.jpg
Après la grêle... Peney-le-Jorat surréaliste refleurit pour L'Abbaye du Trèfle d'Or et la Fête nationale dans SUISSE 20050805_drapeau_suisse_2005

Alors que l’indépendance et la démocratie suisse datent traditionnellement de 1291, il est pourtant surprenant d’apprendre que le drapeau national dans sa forme actuelle ne date que de 1889. Même si l’originale croix blanche sur fond rouge date du XVe siècle, les variations modernes du drapeau ne datent réellement que de 1815. De fait, si la forme du drapeau suisse n’est pas prescrite par la loi, sa couleur est définie précisément depuis le 1er janvier 2007 : rouge Pantone 485, soit 100% de magenta et 100% de jaune. Les dimensions de la croix sont également définies: un décret datant de 1889 stipule que les bras de la croix doivent être d’égale longueur et un sixième plus longs que larges.

 

ropraz2005.jpg   ropraz4009.jpg   ropraz4007.jpg   ropraz4005.jpg   ropraz4001.jpg

23 juillet 2009

Une averse de grêle a tout saccagé dans un coin du Gros-de-Vaud

Classé sous SUISSE — zuppigerjeanpierre @ 17:59

Aujourd’hui 23 juillet nous avons essuyé un violent orage suivi, voire accompagné, d’une averse de grêlons gros comme des tomates cerises. C’était très impressionnant: le déluge! Je voyais les pétales de mes fleurs s’envoler par petits lambeaux. Même les tiges n’ont pas résisté à la tourmente, elles sont sectionnées en tronçons de 2-3 cm. Tout est haché menu dans les jardins potagers; des arbustes il ne reste aucun fruit dans les alentours. Paraît que même les troncs d’arbres ont été lacérés par cette grêle rageuse, une violence qui a aussi martelé les voitures, écorné les barrières et balustrades, ainsi qu’inondé les caves… j’entends la sirène des pompiers ! Du boulot pour l’ECA !!!

grle0031.jpg        grle012.jpg 

grle010.jpg   grle015.jpg    grle018.jpg            

 grle019.jpg      grle009.jpg

grle024.jpg grle020.jpg … 1 h. après le soleil, timide revient

Mes voisins pleurent sur leur beau plantage, tant d’heures de travail pour obtenir de si beaux légumes ! Cette année, un printemps sans gel sévère avait permis une récolte abondante (raisinets, framboises, haricots, laitues et bien d’autres encore : il ne reste que des miettes ! Dame Nature a de temps en temps envie de montrer qu’elle n’est pas maîtrisable par l’homme et qu’elle peut aussi à n’importe quel instant frapper fort et détruire ce que l’homme met en place !!!

ropraz010.jpg au village, champ de maïs complètement sabré

ropraz008.jpg dans le jardin de nos voisins, les pruneaux sont à terre

La tempête de grêlons a sévi du canton de Lucerne en frôlant les lacs de Bienne, Neuchâtel et Morat jusqu’aux environs de Nyon. A morges les grêlons étaient paraît-il de la grosseur d’une balle de ping-pong ! Certains animaux (chats et chiens) ont senti venir l’orage et sont entrés dans les maisons, m’a-t-on raconté à Ropraz, mais qu’en est-il de ces pauvres vaches, veaux, chevaux ?

 

13 juillet 2009

Une paëlla tant attendue… hum… quel régal !

Classé sous SUISSE — zuppigerjeanpierre @ 22:48

Samedi nous avons retrouvé Suso et Jojo en ville pour faire les achats de quoi confectionner un merveilleuse paëlla… et boire l’apéro ! Le soir ils sont restés à la maison et on a pu profiter de se faire - dans le jardin - une bonne raclette ! C’était génial, il faisait doux… faut apprécier ici à 850 mètres, c’est pas tos les soirs possible !

Dimanche matin ma soeur a bossé comme une « folle » pour nous concocter dite paëlla ! Chaque moule a été nettoyée, parée. Les poivrons mijotés et pelés aux petits oignons… hachés. Le bouillon, le safran. Les morceaux de poulet rôtis, le poisson coupé en cubes, etc. etc. Pour le dessert j’ai mis au four un clafoutis d’abricots. Quel boulot !

Les hommes ont installé les tables, le corps de chauffe à gaz et remis en bon état mon vélo qui grinçait… pris l’apéro avec notre gentil voisin, Jean-Pierre Corboud, qui nous a prêté le réchaud à gaz spécial paëlla.

Vers midi mon frère est arrivé avec Christine et leur fils Sylvain (mon filleul) accompagné de sa nouvelle sympathique et très jolie copine : Virginia. Elle a apporté un délicieux cake aux abricots qu’elle avait fait le matin même. En apéritif Suso nous a grillé de belles sardines parées encore par Jojo… bien sûr ! Elles étaient délicieuses.

jojoraclettepalla020.jpg jojoraclettepalla026.jpg le frangin est sceptique devant les sardines grillées mais en homme intelligent il goûtera avant de les apprécier vraiment, bravo Pipo !  jojoraclettepalla027.jpg

La paëlla a été une merveille, on s’est régalé, régalé ! Félicitations Jojo, depuis le temps que j’en rêvais de TA paëlla, tu dis que ça fait combien d’années déjà ? … non je n’insiste pas davantage. Elle était parfaitement comme je la rêvais. Merci.

jojoraclettepalla034.jpg  jojoraclettepalla032.jpg  jojoraclettepalla036.jpg  jojoraclettepalla045.jpg  jojoraclettepalla046.jpg  jojoraclettepalla058.jpg jojoraclettepalla060.jpg touche finale !

jojoraclettepalla066.jpg Suso fait le service  jojoraclettepalla067.jpg Jojo peut enfin savourer  jojoraclettepalla016.jpg 

J’aime bien qu’il y ait des convives joyeux autour de notre table !

La balade à pied a été obligatoire pour faciliter la digestion ! Une journée superbe !     jojoraclettepalla092.jpg   jojoraclettepalla083.jpg

9 juillet 2009

Amélie cueille les cerises et fait de la confiture

Classé sous SUISSE — zuppigerjeanpierre @ 11:15

Mardi après-midi, nous avons été, chez Simone, parmi les chèvres qui adore les cerises – elles aussi - nous avons été en cueillir de quoi faire quelques pots de confiture. C’est une ferme modèle avec chevaux, chèvres, bouc, poules, dindons, lapins, cobayes, alpagas, cochons pas roses, perruches, merle des Indes, petits perroquets, etc.

Premièrement, il faut installer sûrement l’échelle contre une branche solide puis la grimper devant papi, ensuite c’est clair il faut cueillir sans se laisser voler la récolte par les gourmandes (comme moi, entre autres) et gourmands à 4 pattes. Apprendre aussi à cracher loin les noyaux pour qu’ils ne tombent pas tous sur l’épaule de papi Jean-Pierre…

amcerises015.jpg  amcerises021.jpg  amcerises022.jpg  amcerises039.jpg  amcerises040.jpg  amcerises010.jpg  amcerises004.jpg

ensuite il faut peser, dénoyauter, mélanger le sucre et les fruits
amcerises052.jpg   amcerises058.jpg  

puis enfin cuire la confiture (mais ça c’est l’affaire de mamie) car c’est trop dangereux pour les petits, papi Jean-Pierre en sait quelque chose lui dont la peau porte encore les séquelles d’un pot explosé ! Après il y a encore les étiquettes à fabriquer, à découper puis à coller :
amcerises060.jpg Voilà, c’est fini pour aujourd’hui, une journée bien remplie qu’Amélie a beaucoup appréciée !

 

12

mes ouvrages |
masque |
La magie dans tous ses états. |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | création tecktonik de teck-...
| Club 3 & 4 Roues de l'O...
| ASSO-RANDO-CLISCOUET56