Famille-Amis-Echanges-Aquarelles

29 mai 2010

L’île de Tabarca est une jolie escapade en bateau et une découverte qui fait plaisir

Classé sous ESPAGNE Costa Blanca — zuppigerjeanpierre @ 11:55

Cet ancien refuge de pirates berbères est un petit paradis terrestre, à seulement quelques minutes de bateau de la côte, le temps et le prix dépendent évidemment de l’endroit d’où l’on part. C’est une réserve marine de 2 km sur 400 m.

Débarqués sur cette île, sans compter que la petite virée en mer est agréable, on se croit revenus 40 ans en arrière sur Ibiza dans le petit port de San Antonio que j’aimais beaucoup parce qu’il y avait de l’animation avec les barques qui rentraient, les pêcheurs qui déchargeaient le poisson et ensuite réparaient leurs filets, assis par terre tout le long de la digue. Bon bond, en avant toute…

tabarcaisla007.jpg   tabarcaisla081.jpg   tabarcaisla022.jpg   tabarcaisla010.jpg   tabarcaisla021.jpg   tabarcaisla118.jpg

Du port, on grimpe un tout petit peu dans la caillasse pour accéder au village (fortifié au XVIIIe) par un portique du mur d’enceinte. Il a été construit selon des plans très précis, voir le site mentionné en fin de texte. Ici, les ruelles étroites sont demeurées ou redevenues en terre battue, les immenses pélargoniums foisonnent à côté des portes d’entrée des maisons qui sont blanches d’origine et pas beaucoup plus hautes que les buissons. Les bougainvilliers (ou bougainvillées, peu importe en somme) eux, passent au-dessus. Sur la large place arborisée du village, en réaménagement complet, se danse la valse des pelleteuses. Juste à côté, une très belle église avec des fenêres originales en forme de trèfles. Sur une terrasse très agréable, au bout de l’une de ses ruelles, nous mangeons notre troisième paëlla…et… elle est très BONNE. Les chats sont de notre avis, qui s’invitent sous la table. L’hiver doit pas être drôle pour tout le monde ici, c’est le début de la saison, ils sont encore tout maigres et n’ont pas eu le temps d’enfiler un beau pelage. Est-ce que dans CAT’S ils n’avaient pas oublié les chats des petites  îles ?

tabarcaisla055.jpg  tabarcaisla015.jpg  tabarcaisla013.jpg  tabarcaisla012.jpg  tabarcaisla009.jpg  tabarcaisla049.jpg

L’île de Tabarca est basse, assez plate, entourée du dit mur d’enceinte côté au vent et se présente en trois parties distinctes dont celle du centre constituée par le port (minuscule et simple) où plein de poissons nagent en eau claire, eux, et puis le village. Une deuxième partie, en face de la côte, est très sauvage, très plate, plein de roches polies, grises, verdâtres sont survolées de centaines de goélands en couple, avec en cette saison, leurs petits qui ne peuvent encore voler et piaillent au désespoir… oh! rage. Il faut se mouiller le bas des jambes pour s’aventurer un bout mais les oiseaux ont l’air de ne pas désirer trop de visistes et hurlent au-dessu de nos têtes. La troisième partie, au vent, est sauvage également, mais on se croirait dans un autre pays. C’est d’impassibles touffes d’épineux vert foncé, plantées harmonieusement dans un tapis d’herbes frissonnantes, jaunes et sèches. En son milieu, un fort majestueux, rectangle parfait de vieilles pierres ocre, se détache sur le ciel bleu. On fait une petite balade, c’est beau et paisible aujourd’hui, mais j’imagine un jour de tempête… ça doit pas faire rigoler les mouettes !

tabarcaisla027.jpg   tabarcaisla029.jpg   tabarcaisla102.jpg   tabarcaisla099.jpg   tabarcaisla110.jpg

http://cdlm.revues.org/index1753.html

 

 

Laisser un commentaire

mes ouvrages |
masque |
La magie dans tous ses états. |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | création tecktonik de teck-...
| Club 3 & 4 Roues de l'O...
| ASSO-RANDO-CLISCOUET56