Famille-Amis-Echanges-Aquarelles

  • Accueil
  • > FRANCE Montauban
  • > Montauban (suite) : Caussade, Varen, Najac et encore Moissac et Lauzerte et conclusions

28 juin 2010

Montauban (suite) : Caussade, Varen, Najac et encore Moissac et Lauzerte et conclusions

Classé sous FRANCE Montauban — zuppigerjeanpierre @ 20:44

 

Les pigeonniers ou colombiers existent depuis l’Antiquité. Ils ont été construits pour récupérer la fiente que l’on nomme aussi joliment « la colombine » qui a servi notamment à la culture du pastel et de la vigne dans le Tarn, on les place loin des arbres et à l’abri du vent, dans un endroit sec et ensoleillé. Leur entrée est généralement tournée vers le sud ou vers l’est. Mais le pigeon a été depuis des millénaires un messager voyageur et sûr. Il paraît que si on voulait limiter les pigeons en ville il faudrait leur construire des pigeonniers…

dsc0358.jpg

Voilà: dix jours vite passés dans cette intéressante région, nous aurions pris du plaisir à découvrir encore plein d’autres sites, des expositions, des musées et à faire quelques balades. Mais quand on est soumis à une mobilité réduite, on fait ce que l’on peut et j’apprécie que ce ne soit que momentané.

En conclusion, Montauban, la petite soeur rose de Toulouse est aussi très belle. Malheureusement, le soir, en dehors des Fêtes de la Musique, nous ne nous sommes pas sentis vraiment en sécurité dans ses ruelles, ou à l’entrée de ses parkings, pas davantage qu’à Paris, voire moins encore. D’ailleurs nous avons lu, peu après, dans le journal local, que depuis deux ans les commerces des ruelles fermaient les uns après les autres et que leurs habitants n’osaient plus s’aventurer dans la rue dès la fin de la journée. Que font ou peuvent faire les responsables de cette petite ville pour préserver la tranquillité d’esprit et physique de ses oailles ? C’est terrible !

Je n’ai pas réussi à voir plus de trois pigeonniers et de loin! Mais, à la dernière minute, que vois-je dans un verger ? un magnifique pigeonnier, pratiquement à portée d’objectif: je ne l’ai pas raté… et puis, Bernard m’en a dessiné un joli sur notre « livre de maison ». En tout cas ce fut un bel échange ! Merci à Ginette et Bernard Cahue !

dsc0483.jpg   dsc0476.jpg
Lauzerte
 se situe sur une colline, dominant de très belles et douces campagnes du Quercy blanc ou Bas Quercy (sud-ouest de Cahors), par opposition au Haut Quercy (côté Dordogne). Elle fut une petite ville commerçante, peuplée et riche. Son nom proviendrait du gaulois lauzes mais s’agissait-il bien des lauzes qui sont les pierres plates utilisées comme l’ardoise (moins épaisse) pour les toitures de montagne, comme en Auvergne par exemple ? Ou du latin  »lucerna » qui veut dire lampe ? Lauzerte, est une très coquette bastide, un chemin historique, légendaire et de spiritualité, la Via Podiensis est parcourue par le GR65. A sa porte d’entrée j’ai lu qu’à l’origine Lauzerte était un oppidum gaulois. Je vous laisse le soin de trouver la signification exacte d’oppidum.

dsc0469.jpg   dsc0468.jpg   dsc0471.jpg   dsc0481.jpg   p1130111.jpg   dsc0484.jpg   p1130113.jpg

Nous avons apprécié son calme et sa place Cornières, recouverte de pavés bien sûr et rigolote avec son coin relevé et son coin abaissé, entourée de quelques magnifiques façades, dont la plus ancienne (XIIe) est à colombages. Nous avons parcouru quelques ruelles fleuries où chaque personne croisée vous salue avec le sourire (comme à Peney… alors que nos échangeurs s’en étonnent). Quelques jolies enseignes aussi. Ma préférée est celle du vétérinaire. Malheureusement, avec ma « piaute » on peut pas visiter autant que l’on vodurait, comme le joli jardin au bas du village. Mais on fait une halte fort agréable sous les belles arcades, en admirant les magnifiques façades depuis le Café du Commerce que nous vous recommandons vivement. Etonnant est son patron qui aime parler et faire connaissance avec ses clients, qui pratique des prix défiant toute concurrence et défend son coin contre l’invasion des « boutiquiers » de gadgets et autres chenits… Il défend l’artisanat local et veut promouvoir les produits du terroir. On n’aurait pas l’idée de lui donner tort.

C’est la période des foins et ces immenses champs sont magnifiques. On a vu plein de paysans travailler avec de petits tracteurs: inversement proportionnels aux dimensions des domaines. Exactement le contraire de chez nous…

 

Moissac :   dsc0450.jpg  ville du Chasselas AOC, - dont on fait du jus délicieux et donc des sorbets, des crêpes, etc., – est une petite ville adorable au milieu de laquelle la commune a construit un parking à l’air, mais couvert ! Quelle idée géniale et sympa, on apprécie à sa juste valeur, je crois, car il fait 31 degrés. Tout est organisé pour que les touristes et les pèlerins allant à Compostelle (via Podiensis ou route du Puy) puissent y faire une halte agréable (mais pas bon marché). L’Eglise Saint-Pierre et son cloître attenant du XIe sont des joyaux de l’art roman, posés sur une jolie place bordées de cafés. Sur le parvis, devant la porte d’entrée de l’église, quelques dondons (et leurs enfants), noires et bien lisses, sont assises sur des bancs et semblent vous inviter à la causette. Je ne sais pas qui en est le sculpteur. Notre seul grand regret sera d’avoir oublié d’aller voir le pont-canal, ce sera pour la prochaine fois.
dsc0420.jpg  dsc0425.jpg  dsc0423.jpg  dsc0428.jpg  dsc04611.jpg  dsc0452.jpg  dsc0435.jpg

A Caussade, apparemment, rien de particulier. Or, en entrant dans ce grand village modeste, nous sommes salués par un immense chapeau fleuri posé au milieu du rond-point. C’est très joli. D’autres nous attendent dans quelques vitrines et sur les côtés de la route: sympa. On s’arrête, ceux-là sont confectionnés pour des fortes têtes… enfin des têtes solides je veux dire.

dsc0320.jpg      dsc0321.jpg

Caussade est en fait la ville de naissance du célèbre canotier (certains tableaux d’Auguste Renoir ainsi que Maurice Chevalier, cela vous dit-il encore quelque chose ?) Créés avec des brins de paille aplatis par les gardiennes de mouton, les chapeaux de paille, laissant les cheveux respirer, ont été « inventés » par Pétronille Cantecor (1762-1846). Bien sûr, de nos jours, les têtes pensantes travaillant du chapeau se sont, pour la plupart, recyclées en modistes.

dsc0328.jpg     dsc0322.jpg     dsc0324.jpg

Varen, on nous a conseillé la visite. Oui le château Belpech est beau, il y a une ancienne porte fortifiée, une fontaine romaine creusée dans le sol au fond de laquelle on descend mais l’eau n’est plus potable… de vieilles ruelles en ruine. Quel dommage… je me demande combien de temps vont résister encore ces vieilles façades. Paraît qu’il y a quelques années des anglais ont acheté des maisons sur Varen, on ne les a pas vues. Il est clair que c’est colossal à entretenir et que l’Etat ne peut plus. Ou prendre l’argent ? Faudrait-il arrêter de construire et restaurer, détruire pour empêcher des éboulements car par endroits on a souci de passer, il n’y faudrait en tout cas plus de cheval au trot ?

dsc0331.jpg   dsc0346.jpg   dsc0342.jpg   p1130087.jpg   dsc0339.jpg   dsc0333.jpg

Najac, alors là c’est l’étonnement total. Incontournable si vous êtes dans la région. Perdu au-dessus des gorges, on grimpe gentiment dans les ruelles des premières maisons du village, perché sur ce rocher tout en longueur. Sur la jolie place pavée bien sûr, bordée d’un côté par de magnifiques arcades et des deux, par de belles maisons d’en général un étage, parfois à colombages. Une belle fontaine vous y accueille ainsi que des petites terrasses. Il y a je crois même un très bon restaurant. Le bourg s’étire au long de cet immense rocher, sur au moins 1km jusqu’au château, puis encore jusqu’à l’église. Le donjon (40 m.) de son château (XIIe) culmine à 200 m. au-dessus de la boucle formée par l’Aveyron coulant au fond de la vallée. Un village répertorié parmi les « Plus beaux villages de France ». L’Histoire de Najac est liée aux grands évènements de l’histoire de France : la Croisade contre les Albigeois, la guerre de 100 ans, les guerres de religions, la révolte des Croquants… A la fin du XIXe, le château fut rénové un petit peu par l’abbé Brunis qui le revendit à la famille de Montalivet. Celle-ci le rénova entièrement et en fit un lieu touristique incontournable de l’Aveyron.
dsc0357.jpg   dsc03561.jpg   p1130100.jpg   dsc0362.jpg   p1130099.jpg   dsc03851.jpg

En définitive, le château n’a jamais été attaqué, n’a jamais été pris, c’était un bijou architectural de l’époque. Il est donc forcément sur la route de la plupart des pèlerins de Compostelle. Vraiment chaque village a ses particularités. C’est incroyable, on voit de nouvelles constructions chaque fois adaptées aux terrains, d’autres aménagements selon les modes de vie de l’époque et surtout adaptés aux plans (sur la comète) des familles royales et des comtes de Toulouse. Je suis nulle en histoire.

dsc0358.jpg   dsc0373.jpg   dsc0380.jpg   dsc0375.jpg   dsc0398.jpg   dsc0387.jpg  Une belle découverte !

Laisser un commentaire

mes ouvrages |
masque |
La magie dans tous ses états. |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | création tecktonik de teck-...
| Club 3 & 4 Roues de l'O...
| ASSO-RANDO-CLISCOUET56