Famille-Amis-Echanges-Loisirs-Voyages

29 mai 2016

La 9ème Fête du Pois Chiche à Montaren St-Médiers

Classé sous FRANCE l'Uzège — zuppigerjeanpierre @ 20:17

L’épithète spécifique arietinum fait référence à la forme de la graine en tête de bélier, en latin (aries), flanquée de ses cornes.

Bref ! La 9e Fête du pois chiche a eu lieu ce WE à Montaren. Nous restons plein d’admiration pour  tous ces organisateurs : préparateurs et travailleurs bénévoles, villageois, sponsors , artistes, commerçants, artisans,  permettant à ce petit festival  DIFFERENT d’exister. Du bon jazz, un bon interprète de Gainsbourg, du rock actuel bien sûr plus tard en soirée. Des stands de petites croques bien sûr souvent à base pois chiches, comme les panisses excellentes à l’apéro ! Des poubelles pour le plastique et d’autres pour les contenants métalliques, des cendriers. Une organisation TOP !

Dimanche nous sommes revenus pour la visite des bucoliques jardins privés, soignés « aux petits oignons », dans un dédale de petits sentiers entre les vieux murs de pierres sèches, sous les arbres, de vieux puits en fontaines improvisées : un délice. J’ai constaté avec  plaisir le respect que les visiteurs avaient pour ces jardins, tous faisaient attention de ne pas mettre leurs pieds n’importe où. Dans les petits enclos herbeux, l’humour est déjanté, intelligent, surtout autour du Musée et de la « salle de Conférenche »  sur le « Chichisme »… L’écologie  est, avec l’humour, une priorité dans cette organisation, car à chaque moment, soit par une pancarte ou une artiste rigolote on attire votre attention sur le fait que vous pouvez, vous aussi, être ACTEUR écolo…surtout aux toilettes sèches en collaborant de votre petit bol de sciure et copeaux… étonnamment pas d’odeurs nauséabondes comme à Paléo Nyon !  Les guirlandes au-dessus de la fête sont en fait des sacs plastiques de couleur  et les fanions sont apparemment découpés dans des vieilles nappes cirées… BRAVO ! Les spectacles sont de qualité et y’en a pour tous les goûts. Nous nous sommes régalés et parmi cette foule de jeunes, nous étions beaucoup de notre âge «avancé».

DSC_3671 DSC_3730 DSC_3727 DSC_3697 DSC_3677 DSC_3723

DSC_3685 DSC_3690 DSC_3720 DSC_3712 DSC_3672

 

28 mai 2016

Dans le cadre d’ « A Coeur Joie Uzès »

Classé sous FRANCE l'Uzège — zuppigerjeanpierre @ 16:09

la chorale Encantarello dont fait partie JP depuis bientôt un an, a chanté hier soir au joli temple d’Uzès, accompagnée de l’Orchestre de Chambre de Schriesheim (Comité de Jumelage). Au programme: Boyce, Tessarini, Verdi, Stravinsky, Tchaikowski, Offenbach – mais oui, peu connu pour ce genre et c’était très beau – M. Haydn et J. Haydn. Pas facile ce répertoire mais c’était magnifique. Il manque à la chorale deux ou trois messieurs, espérons qu’ils va s’en présenter… je n’ai hélas plus assez de place pour vous mettre la video alors voici juste une ou deux photos. Je vais tenter de mettre la video sur FB…

DSC_3664 DSC_3666 DSC_3663

 

24 mai 2016

La déprime de Caramelle… Paris lui manque

Classé sous FRANCE l'Uzège — zuppigerjeanpierre @ 21:00

IMG_3770 IMG_3826 … ayant été constamment avec elle pendant 10 jours, la portant dans les bras la moitié du temps, je crois que ça lui manque, ainsi que les balades au pied des immeubles « parfumés, des bornes et trottoirs à « l’accent » parigot… elle semble triste et bouder un peu ! Une toilette au peigne fin assortie d’une petite bonne croque et d’une balade à Nîmes aujourd’hui ont eu raison de cet état mélancolique. D’ailleurs le dernier jour lorsque j’ai plié ses petites couvertures, elle a été se réfugier près du lit, à coté de la valise ?

 

23 mai 2016

Fini les vacances

Classé sous FRANCE l'Uzège — zuppigerjeanpierre @ 21:08

C’est presque la forêt vierge dans notre jardin. L’herbe est haute, on se demande si notre tondeuse résistera à cet assaut ? La glycine est devenue folle et part dans tous les sens, couper les soldes d’iris, parait-il qu’il a plu mais tout est asséché par le vent je pense, va falloir y aller doucement. En bref, trois jours pour remettre « au propre » ! Notre travail est récompensé car il fait bon et c’est joli maintenant. L’été… c’est quand tu veux, on est prêts !

IMG_3922 20160518_150854  20160521_155738 20160522_102636 IMG_3970 20160518_151032

6 mai 2016

Quelques jours à Paris

Classé sous FRANCE Paris — zuppigerjeanpierre @ 21:20

SUITE et FIN en bas de page…

Jeudi fin de journée : sous un soleil radieux et une température estivale, nous venons d’arriver à Paris. Une squatteuse loge entre les volets et la fenêtre, madame Pigeon couve, surtout on ne la dérange pas. Le temps de «prendre possession» de l’appartement, soit de nous étaler un peu et nous voilà repartis pour un petit resto, conseillé par Jean-Pierre, à la Rue Marie-et-Louise. Bons plats, bons vins. Nous passons aller-retour devant Le Carillon de la rue Bichat (le 13 novembre, ça vous dit quelques chose ?) La terrasse est bondée, pas une place libre… mais dans les cœurs de certains clients, probablement y en a-t-il des places vides… On peine à imaginer l’horreur dans ce coin bien sage de Paris. Je dormirai très mal cette nuit, pour différentes raisons.
chez Marie&Louise 1er jour vendredi (2)

Vendredi 6 mai : Jolie surprise ce matin : nous avons entendu au petit-déjeuner un gros bruit contre la fenêtre aux rideaux tirés. Inquiets nous avons guigné discrètement et, et… voici trois nouveaux pigeons parisiens, tout petits, des plumettes jaunes éparses et un grand bec foncé. Avec nous, ça fait cinq pigeons de plus… sauf que n’étant pas des anges nous ne sommes pas zélés. Ensuite nous partons pour une balade dans le quartier : quai Valmy, quai de Jemmapes, on apprécie la paix le long du Canal tout propre « par le fond », maintenant. Paris est calme sous la température  estivale. Nous remonterons par Belleville et je m’arrête bien sûr à la rue Desnoyez pour voir les nouveaux graffitis?

1er jour vendredi (3) 1er jour vendredi (8) 1er jour vendredi (9) Quelques jours à Paris dans FRANCE Paris rue-desnoyez-1-112x150 1er-jour-vendredi-7-99x150 dans FRANCE Paris tout à l’égout… vraiment ?

Samedi 7 mai : Nous flânons en ville, elle est très calme et ainsi agréable à parcourir car il y a très peu de circulation en ce WE de l’Ascension, les parisiens ont fui la ville (pas pour aller dans le Sud j’espère pour eux…) il paraît qu’il pleut !

C’est vraiment génial, nous avions déjà vécu situation semblable il y a quelques années quant nous avions pris notre retraite, un 25 décembre, où les boulevards nous appartenaient tout entiers. Nous sommes une grande majorité de touristes parmi la foule peu dense dans les passages Choiseuil, Verdeau et Jouffroy. Je recherche la belle enseigne en bronze bien brillant «Psychopathe» que j’avais photographiée il y a quelques années dans l’un de ces passages couverts et ne la retrouve pas, je suppose qu’elle n’existe plus. Elle était neuve ce jour-là et je pense que c’était un «lapsus calami» qui a été retiré aussitôt. Nous avons pu admirer de près une restauratrice d’œuvre d’art, elle m’a autorisé la photo. Elle travaillait avec un coton tige qu’elle changeait souvent après l’avoir trempé dans… j’aurais dû demander.  Nous sommes revenus par les rues menant à Drouot désert, mis à part les patrouille de militaires, armes en bandoulière. Nous avons beaucoup marché et fait plein de détours:  avons hésité à attendre la séance de 16h30 devant les Boufffes Parisiens mais finalement sommes arrivés à la Bourse , Bd Haussmann, puis devant l’Opéra Garnier que j’admire toujours autant. Ce soir nous sommes un peu «cassés» et Caramelle aussi; elle doit avoir le nez enflammé à force de humer partout ces nouvelles odeurs de la ville lumière. JP la porte souvent car elle s’angoisse un peu dans le monde.Les patrons de bistrots et les clients sont détendus et chaque fois cela nous donne l’occasion de « tailler une bavette ». Au minimum six heures de balade, parfois en portant notre petit fauve; le soir, on n’en peut plus. On s’achète un souper appétissant chez un traiteur Thaî très soigné et, en effet, c’est délicieux. Nous y retournerons…
DSC_3573 DSC_3564 DSC_3570 DSC_3568 DSC_3564 DSC_3562


Dimanche 8 mai
: Cet après-midi, en accédant par un endroit différent des autres fois (un côté de l’Esplanade des Invalides d’où la vue est jolie sur le Grand Palais), nous sommes arrivés sur les Champs-Elysées d’où les véhicules étaient bannis pour la journée. Une manière de commémorer le 8 mai 1945 et de créer une ambiance joyeusement tranquille, bon-enfant : tout ce qui roule sans moteur, pour petits et grands, y côtoyait les promeneurs souvent le nez en l’air redécouvrant les toitures et les jolies façades de la plus belle avenue du monde. La météo excellente avec un petit vent agréable qui nous a évité de transpirer… je me suis équipée pour du frais et c’est le contraire qui se produit : en bas, il pleut parait-il.

Il semblerait que grâce à la maire de Paris, Mme Hidalgo, l’expérience se renouvellera chaque mois, c’est bien. Nous avons poursuivi notre balade par les arcades de Rivoli, suivis par une petite bande de manifestants d’extrême droite en l’honneur de Jeanne d’Arc (qui chevauchait en tête bien sûr)… il y avait heureusement, autant de policiers que de personnes pour ce cortège s’arrêtant au pied de la statue dorée sur la Place des Pyramides.

Avons poursuivi par La Comédie Française devant laquelle un bon orchestre en composition réduite jouait du Vivaldi. Ensuite, les Jardins du Palais Royal (Palais-Cardinal Richelieu) pour apprécier les damiers des colonnes de Daniel Buren et les jolies fontaines à boules de Pol Bury. Les jardins sont magnifiquement rectilignes aussi, plein de gens jouent avec leurs enfants, d’autres s’y prélassent  dans le gazon ou aux terrasses ombragées au pied des superbes sévères façades  l’encadrant. Peut-on croire que ce havre de paix ait pu un jour être un lieu de folles animations de tous genres (tripots et maisons de plaisir) que même la police ne pouvait envisager d’y accéder ? Qu’on y a promené la tête de l’Intendant des armées au bout d’une pique après la prise de la Bastille, que le mannequin du pape y fut brûlé en 1791, et celui de La Fayette l’année suivante ?

Hier nous avons échangé un sourire avec Jean-Pierre Darroussin, en famille, sur l’étroit trottoir d’un quartier discret dans le 2e et aujourd’hui on voit Patrick Bruel à quelques tables de la nôtre dans une brasserie près de la Comédie Française (dans laquelle nous avons payé deux bières normales 15 euros).. .  On l’avait déjà vu, tout énervé et suant,  sur le quai d’Avignon TGV il y a un an ou deux.

Après 6 heures de balade nous sommes rentrés en passant encore une fois dans la Galerie Vivienne. Le soir Caramelle n’a pas demandé son reste pour aller au dodo, nous non plus.

DSC_3577 DSC_3584 DSC_3599 DSC_3600 DSC_3621 DSC_3625 DSC_3630 DSC_3633


Lundi 9 mai
: Le matin nous partons par République que nous avions vue si belle et si proprette après sa réfection… aujourd’hui elle est sale et pleine de squatters avinés… nous filons du côté de Miromesnil dans le 12e, je voulais voir la galerie Gavart dans laquelle expose Bernard ; elle était fermée à ce moment-là mais j’ai tout de même vu ses aquarelles accrochées au mur parmi d’autres jolies choses, un peu hétéroclites. Peu après le long d’une grande avenue je m’arrête pour contempler, remplie d’émotion, un portait, peint sur un pan de mur qui sera bientôt recouvert, un portrait magnifique de Gate Mao. Je chercherai cette signature sur Internet et découvrirai ainsi d’autres œuvres de ce peintre des rues. J’admire le travail et la philosophie de ces artistes de l’éphémère. Bravo ! Nous terminerons notre balade en ville par le Forum des Halles tout en agitation sous son immense aile. Elle n’est pas moche, on voit à l’extérieur, l’église Ste-Eustache par exemple, c’est lumineux, aérien. Je n’aime pas sa couleur jaunasse… et suis fière de ma trouvaille de l’instant en cherchant ses dimensions, je tombe sur FranceTVinfo et lis plus sévère que moi : «couleur beurre rance» et ben voilà… une grande tartine de 23000 m2, à laquelle on reproche de ne  pas être étanche, d’être éblouissante sous le soleil et de surchauffer les habitations voisines… et d’avoir coûté la bagatelle de 240 millions d’euros. Les Français sont-ils des râleurs invétérés ou ne se fait-il plus rien de bien à notre époque ?
IMG_3752 20160509_150410 20160509_170636 20160509_174326 IMG_3737  http://www.urbacolors.com/fr/artist/guate-mao

Mardi 10 mai : Ma mère aurait 88 ans… quelques heures de balade encore. Caramelle y prend goût me semble-t-il…  nous arrivons par une autre porte que d’habitude dans la Cour carrée du Louvre. Une œuvre d’Eva Jospin «Panorama» est au beau milieu de la cour (merci papa pour l’emplacement) et ne la rend pas joyeuse… Nous traversons la Seine par le Pont des Arts qui me semble de plus en plus large; peut-être en raison des cadenas qui n’y sont plus, il paraît qu’ils finissaient par peser trop lourd. Nous longeons un bout par les quais mais les gros nuages crèvent et la pluie se met à tomber assez dense , nous terminerons par reprendre le métro après avoir mangé une petite assiette à l’abri sur un coin de terrasse.

20160510_133456 20160510_134118 20160510_133709 20160510_133829 20160510_135221 20160510_135937 20160512_140941 IMG_3784

Mercredi 11 mai :

Mercredi 10 mai  Nous quittons l’appartement pour nous rendre au marché d’Aligre. En effet, c’est un bien sympathique marché sous une halle, super achalandé en tout ce qui est comestible (les poissons paraissent plus frais que parfois à Uzès), avec à l’extérieur, de la brocante et des bibelots exotiques. Nous avons rendez-vous avec Macha et Yves mais, dommage, Macha n’est pas bien et n’a pas pu venir au rendez-vous. Yves a eu la gentillesse d’être là quand même, nous prenons un bon repas ensemble et passons fort agréablement un bon bout de l’après-midi tous les trois. Après avoir quitté Yves nous passons devant L’Olifant. Un artisan (M. Pierre Riou) est en train de travailler sur un cor, il m’a expliqué avec beaucoup de gentillesse comment courber les «tuyaux». Ils injectent une sorte de résine tiède pour ne pas casser le cuivre, mais c’est un très vaste sujet et toute cette technique est très subtile, sophistiquée.

IMG_3774 IMG_3775 IMG_3777

Jeudin12 mai : En fin d’après-midi nous sommes interpellés par une jeune femme qui nous vante un spectacle qui se joue au théâtre de BelleVille, comme nous ne le connaissons pas nous décidons d’y aller, c’est tout près. Philippe Maymat a écrit, lors de sa période de chômage et encouragé par les allocations versées, cette petite pièce «T’es pas né». Histoire de deux frangins des années 70. Le petit de 7 ans , puisqu’il n’est pas né, selon son grand frère, se bat et se débat pour exister au quotidien et interpréter à sa façon les événements politiques de ces douze futures années. Intéressant et touchant. Ce fut le teste aussi pour laisser Caramelle seule pas trop longtemps, elle était folle de joie à notre retour… elle a dénigré sa couche car je l’ai retrouvée, sur le lit, à ma place…

Vendredi 13 mai : Je vais profiter d’un après-midi seule et mes pas me mènent (au hasard…)  dans ceux de ma jeunesse : le Quartier Latin ! Je me régale de cette immense balade à travers ses avenues, rues et ruelles. Du Panthéon bordé de « vigies pirates » au Châtelet en passant par les rues Dauphine, St-Jacques, le Lycée Fénelon, de la Huchette, la Fontaine du Boul’miche pour reprendre, (les gros nuages rafraichissants revenant et mes pieds brûlant), mon bus au Pont Neuf. De plus, j’ai trouvé de belles housses de coussins pour relooker notre canapé et me suis faite un super goûter : thé de menthe et mille feuille glacé « à tomber » chez Paul à la rue de Rennes. Je suis arrivée « à la maison » sous une pluie battante, de telles grosses gouttes qu’il m’a été impossible de passer entre… je suis contente de mon après-midi ! aurais-je cru celui qui m’aurait dit il y a 50 ans que je repasserai un tel après-midi à flâner, à zig-zaguer dans les rues au gré des couleurs de vitrines ou d’enseignes attirantes ? Quelle chance !

IMG_3799 IMG_3802 IMG_3804 IMG_3811 IMG_3813 IMG_3815 IMG_3821

Pour sa part JPi est allé aussi faire un grand tour à pied, avec Caramelle car il ne magasine pas, lui… du côté du Canal St-Martin, Jaurès et retour par le Canal de l’Ourcq. Une sacrée trotte aussi.

20160513_135134 20160513_135147

Le soir nous abandonnons à nouveau Caramelle quelques heures pour aller au Petit Palais des Glaces, juste en-dessous de la maison écouter Jean-François Cayrey dans « ILS SONT CONS OU C’EST MOI ? » Celui qui ne s’est jamais posé cette question est probablement très handicapé ou alors un(e) surHomme, Femme.  L’Administration française en prend « pour son rhume », surtout La Poste, mais hélas, c’est tellement réaliste. Il critique à tout-va les bien-pensants sur la religion et la laïcité, les écologistes, les postiers, les étrangers, les femmes, les hommes, les deux ensemble aussi. Voilà ce qu’il dit cet extraverti d’abrégé de mathématiques, passé par le Jamel Comedy Club «j’étais la seule minorité visible, j’espère que Jean-François va redevenir un prénom à la mode» – il s’écrit partout qu »il  est politiquement incorrect. on a bien aimé car ce n’était pas du « réchauffé » malgré ce que l’on pourrait croire vu les sujets choisis.

Samedi 14 mai :  Le matin je commence à rassembler un peu nos affaires, un peu de lessive et de ménage, puis nous partons manger une assiette. Caramelle sera seule pour la soirée, nous l’avons bien promenée. Nous allons au Théâtre de Paris, celui d’Avignon n’a rien à lui envier. A l’entrée on nous fouille les sacs et les vestes, tandis que dans le métro, impossible de fouiller tout le monde alors que pourtant tout y est possible… De plus on apprend que l’on ne peut plus donner de pourboire aux placeuses… avec les cédilles et les circonflexes, tout fout le camp c’est une drôle d’époque… Muriel Robin (graine de Maillan, je vous le dis) et François Berléand, excellents, nous font plaisir, la pièce est très drôle. Mais, « leur fils » joué par Sébastien Thiéry est aussi bon qu’eux,  et pour cause… il est l’auteur de cette pièce et s’est réservé un rôle des plus difficiles. Plusieurs nominations aux Molière Comédie 2016. Bref, mis à part le fait que par moment j’entends de moins en moins bien et que ça m’agace, on a bien ri et ce fut un régal. Tout comme les huîtres que nous avons dégustées après le spectacle !

20160514_202343 20160514_222106 IMG_3839 20160514_231007

Dimanche 15 mai : JPi apporte nos affaires à l’hôtel, je donne un dernier « coup de patte » pour que l’appartement soit le mieux possible et nous quittons ces lieux dans lesquels nous nous sentons très bien. Le soir nous retrouvons avec un immense plaisir Jean-Pierre et Rachid qui reviennent d’Algérie. Je suis impatiente de les revoir et d’entendre leurs récits. Nous mangerons ensemble un bon repas dans un restaurant du Quai de Valmy. La discussion va dans tous les sens car leur récit soulève plein de questions, d’anecdotes, de souvenirs, d’émotions. La soirée est bien sympathique et passe trop vite.

Lundi 16 mai : Le matin nous rejoignons Jean-Pierre et Rachid pour prendre le café sur la terrasse du Carillon et faire la photo souvenir. Ensuite nous partons déposer nos bagages à la consigne de la Gare de Lyon et filons vers la voie verte, mais apercevant la brocante de la Bastille, nous y allons. J’ai trouvé un joli échantillon pas très vieux de Gaulthier, une boule avec des paillettes dorées et des bobèches à deux sous mais parfois pratiques ;-))

Nous nous promenons sur les quais et dans le jardin du Port de l’Arsenal avec Carmelle. Ensuite nous retournons en ville, slalomant entre les petites averses sans gravité sous un ciel pourtant sombre, et faire le tour de la Place des Vosges, regarder ses vitrines de galeries dans lesquelles on voit des tas de « choses » intéressantes, originales ou bizarres. Ensuite, ne pas rater la rue Crémieux que Jean-Pierre et Rachid nous ont conseillé de voir car nous parlions de Burano hier soir. En effet, cette rue est ravissante. Les maisons colorées ne font pas plus d’un étage voire deux, elles sont colorées, garnies de grands pots de fleurs et plantes de chaque côté de leurs portes d’entrée, les enfants y jouent au ballon et à la corde à sauter (mais oui, ça existe encore des enfants pas devant leur tablette…). J’y vois même une belle glycine qui, elle, ne donnera pas « de fil à retordre » à son propriétaire car ne perdra pas ses pétales…

En fin de journée j’achèterai des bonnes choses chez Lenôtre à grignoter dans le train, avec un coup de rouge et de l’eau. En raison du peu d’occupation, Caramelle aura un siège entier pour elle seule et en profitera largement pour se faire une longue sieste.

Je n’ai pas vu d’exposition, pas été dans les  galeries, pas de visites particulières non plus. N’avons fait que de nous balader en impro, j’ai souvent admiré des graffitis magnifiques, des artistes formidables. Finalement on s’est bien reposés, détendus car on est bien chez Jean-Pierre et Rachid, que nous espérons recevoir chez nous quand ils auront du temps libre.

IMG_3897  IMG_3851 20160516_163832 IMG_3886 20160516_172109 IMG_3891 IMG_3862 IMG_3855 IMG_3852

Cerise sur le gâteau, je ne résiste pas à vous montrer cette photo prise depuis le bus et que je trouve rigolote :

IMG_3764 2

 

 

 

 

 

12

mes ouvrages |
masque |
La magie dans tous ses états. |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | création tecktonik de teck-...
| Club 3 & 4 Roues de l'O...
| ASSO-RANDO-CLISCOUET56