Famille-Amis-Echanges-Loisirs-Voyages

3 juin 2015

La Costa Brava comme je ne l’imaginais pas…

Classé sous ESPAGNE Costa Brava — zuppigerjeanpierre @ 22:23

Quatre journées magnifiques avec nos amis Viviane et Jean-Jacques (connus en Algérie en 1977). Nous sommes partis dimanche matin après avoir pris le café et dégusté les croissants qu’ils nous ont apportés. Nous prenons la route sous le ciel bleu, le soleil éclatant mais le vent est fort; dans la voiture souffle celui de l’amitié et de la bonne humeur. En chemin, première surprise : un superbe faisan vient de passer de vie à trépas, tué net. JJ, en bon chasseur, fait demi tour pour le récupérer et Viviane le place dans son frigo de route. Pourvu que l’on ne voie pas d’autres « accidents ». Bien sûr Caramelle est du voyage et n’aime pas trop que Viviane lui tire le portrait…

Viviane souhaite une première halte quelques km avant Perpignan pour nous faire découvrir le château de Salses. Quelle riche idée ! Une belle forteresse, imposante et originale par ses matériaux de couleurs variées et son superbe portique d’entrée, un peu enterrée volontairement, elle est construite tout en rectangle (110 x 90), vers 1500 par un architecte-ingénieur dénommé Lopez sur décision Ferdinand II d’Aragon et Isabelle de Castille. Malheureusement, nous ne sommes pas entrés, la route n’était pas finie pour nous aujourd’hui. En passant en bordure nord de Perpignan nous avons juste le temps d’entrevoir dans le rond-point, le bras (30 m.) du gigantesques cadran solaire, dont je vous mets une photo piquée sur la toile, pour l’ensemble de « l’œuvre » : vue-est-2-copie ainsi que la mienne : DSC_1048 pour le détail !

DSC_1056 DSC_1028 DSC_1025 DSC_1043 DSC_1017 DSC_1019 DSC_1021 DSC_1037

Puis, nous voici dans la Province de Gérone. JJ ne se ménage pas sa peine pour négocier les virages serrés et ne craint pas les précipices. Il fait grimper sa monture à 4 roues sur les flancs de la montagne Verdera afin que l’on puisse admirer la vue sublime sur la grande bleue et le Cap de Creus. Les collines fleuries de chèvrefeuille et piquées de touffes genêt dévalent sur Llançà  et El Port de La Selva. Soudain, se détachent du paysage, morceau par morceau, un important édifice de pierres avec trois tours, c’est le monastère de Sant Père de Rodes, dont on semble ne pas trop connaître l’origine, mais dont des traces remontant à 878. Il a été décrété monument national en 1930. Il  est constitué d’un cloître et d’un clocher carré d’influence Lombarde, tous deux du XIIe. Juste à côté, un bâtiment qui fut refuge-hôpital pour les pèlerins. Là aussi nous n’avions pas assez de temps pour visiter l’intérieur. On s’est dit qu’on reviendrait… En redescendant par l’autre côté bien sûr, nous avons croisé un troupeau de vaches.. ça fait longtemps que je n’en avais vues, aujourd’hui, c’est presque exotique dans le Gard. A la fin de cette belle journée nous arrivons à destination : Llançà ! La vue de l’appartement est panoramique, superbe ! C’est une petite ville tranquille avec une jolie promenade en bordure du port de plaisance.

DSC_1066 DSC_1064 P1160535 P1160542 DSC_1070 DSC_1080 DSC_1106 DSC_1104

La tête sur l’oreiller, je me repasse toutes les images de cette belle journée. Le matin est vite là! Aujourd’hui, V. et JJ nous emmènent à quelques km pour  découvrir enfin Cadaquès. Nous nous retrouvons soudain au bord de l’eau, la plage avec des baigneurs et le petit port de plaisance à gauche, les maisons – je dis bien les maisons – pas les immeubles, sur la droite; pour accéder « au centre » nous passons avec la voiture, comme les piétons, sous les maisons qui forment d’étroites arcades. Des images de certains villages d’Ibiza il y a 48 ans me reviennent aussitôt… même si je ne me souviens plus des noms exacts ! Pas une maison de plus de deux étages, l’église pas « engloutie » par des immeubles, trône au milieu du village, comme autrefois. Nos amis nous entraînent pour une promenade apéritive d’une heure sur une presqu’île d’où la vue sur le village et le port est sublime. Je n’en reviens pas, on croirait avoir remonté le temps de quelques dizaines d’années. C’est de taille humaine, tranquille, l’eau est digne d’être comparée à celle des Caraïbes ! Les terrasses de quelques bistrots sont devant la plage, derrière de grands arbres, au bas du village. A cette saison c’est calme, beau : paradisiaque ! Nous mangeons super bon sur l’une de ces jolies terrasses, celle du Losai en admirant le paysage et l’oranger d’à côté ! Puis nous faisons une promenade digestive dans les ruelles pavées du village visitant brièvement l’église, passant devant la « maison des chats », émerveillés de toutes ces façades fleuries par les habitants. On y voit un cactus partant du sol à côté de la chéneau et grimpant le long de la façade pour aller faire une petite fleur 7 à 8 m. plus haut.

DSC_1176 DSC_1191 DSC_1178 DSC_1185 DSC_1180 DSC_1186 DSC_1190 DSC_1174 DSC_1205 DSC_1137 P1160571 DSC_1132  Faut préciser qu’ici c’est le coin de Viviane et JJ qui y viennent depuis 25 ans et qui connaissent tous les beaux endroits stratégiques et intéressants. Nous n’avons donc pas échappé à la visite d’une une cave où JJ voulait acheter son vin et nous en avons profité pour tirer l’apéro du goupillon : un petit verre de Malaga. Il y avait belle lurette que je n’en avais bu, dommage, c’est très agréable ! Ensuite un bon repas où l’on se sert à un extraordinaire buffet : petites choses pour l’apéro, mets de légumes variés, viandes, poissons, fruits de mer et des desserts excellents; tout cela à l’abri du vent sur la terrasse, en rigolant, c’est génial ! Puis, nous avons visité la plus grande marina d’Europe : Empuriabrava ! Le bateau devant la porte de derrière et la voiture devant celle de devant ! Nous ferons également un tour rapide par Rosas.

DSC_1315 DSC_1318  DSC_1376  P1160579

Llança : Une petite ville paisible dotée d’une nouvelle marina et d’un quai tout neuf ! Nous avons, malgré le vent à décorner des bœufs, grimpé sur le rocher pour voir tout ça de plus haut.  DSC_1306 DSC_1308 DSC_1311 P1160573 DSC_1391 IMG_7553 IMG_7554 DSC_1297

Port Lligat : Nous ne pouvions pas ne pas nous arrêter à Port Lligat… du haut de la corniche nous voyons émerger, de derrière les arbres, sur fond bleu intense de la mer, les deux célèbres têtes argentées au-dessus de la « muraille » naturelle. Port Lligat est bien lové au milieu des arbres, tout en bas, devant la plage de la petite crique. Dali l’a achetée en 1930 déjà, il en prit possession avec Gala à leur retour de Paris. A cette époque, l’emménagement de la petite (à ce moment-là) maison, se fit un peu par barque et un peu par dos de mule : pas de route encore !

Nous ne pourrons pas visiter la maison-musée puisqu’il aurait fallu réserver. Nous nous contenterons de visiter le jardin : quelle jolie consolation. C’est une merveille dans ce paysage de rêve, une poésie à étages mêlant bien sûr l’originalité d’un goût parfois particulier, kitsch, mais génial ! Je n’avais pas remarqué que la piscine avait plus ou moins la forme d’un phallus, mais je n’en suis pas étonnée ! Au bout… un petit salon style mi mauresque, mi figue/mi raisin… Un monstrueux serpent de tissus bariolés entoure les tuyauteries. Sur la terrasse, on croise Bonhomme Michelin tout en blanc de chaux revêtu, comme une tasse géante d’où débordent de magnifiques géraniums ou pélargoniums roses. Au sommet, le Christ en tuiles, ferraille de tous genres, pierres, bois, est impressionnant. En arrivant on se demande ce que fait ici ce tas de déchets et en avançant on tourne doucement autour et la sculpture (originale) se dévoile ; elle doit bien mesure dans les dix mètres : impressionnant comme certains de ses tableaux que l’on découvre petit à petit.

DSC_1236 DSC_1258 DSC_1221 DSC_1223 DSC_1283 IMG_7485 DSC_1239 DSC_1238 DSC_1242DSC_1285 DSC_1235   DSC_1254 DSC_1277 DSC_1276 DSC_1231 DSC_1230 DSC_1233

FIGUERAS, nous n’aurons pas le temps de nous y attarder ni de visiter le musée sans quoi il faudrait prolonger le séjour… trois p’tits tours et puis s’en vont…

Reflets DSC_1364 DSC_1349 DSC_1363 DSC_1353 DSC_1356 DSC_1362 Est-ce un nez ? forme des flacons de parfum…

COLLIOURE qui ne connaît pas ? à 20 km de la frontière espagnole, la Côte Vermeille(use)…  DSC_1403 DSC_1405 DSC_1406 DSC_1407 DSC_1426 le lit du Torrent du Duy sert de parking mais lors d’orages violents il peut déborder… alors si le temps n’est pas fiable…

Est-ce que la vie m’aurait été plus légère si j’avais su en 1977, en Algérie, que nous ferions ce séjour avec Viviane et Jean-Jacques en 2015 ? C’est magnifique et ces 4 jours eux aussi !

 

31 mai 2010

En conclusion, la Costa Blanca c’est TOUT cela :

Classé sous ESPAGNE Costa Blanca — zuppigerjeanpierre @ 0:14

      benisantabarbara059.jpg   En conclusion, nous aimons découvrir et trouvons toujours de beaux endroits intéressants. Nous aimons humer l’ambiance locale et aussi approcher les gens de la région, dans la mesure du possible (à cause… que nous sommes des « bobets » et ne parlons que français… euh! pardon, JP parle l’allemand) la bobette c’est moi !

plagevillajorosabenidorm001.jpg   plagevillajorosabenidorm002.jpg   alicanteelche242.jpg   aiguesetc032.jpg   santapola045.jpg

Cette région valencienne a deux faces évidentes : devant, un rideau de béton – mais moins opaque qu’à Torremolinos il y a 25 ans… – la mer, les plages, les larges promenades dallées et tout ce qui va avec et, derrière, les collines, puis les montagnes et bien sûr de vastes vallées souvent transformées en cultures de fruits et légumes. Plus haut, des villages accrochés aux rochers ou lovés au creux d’une vallée.

alicanteelche135.jpg   villajoyosa031.jpg   plagevillajorosabenidorm003.jpg   A mon âge…., je n’avais encore jamais vu la fleur de « L’arbre du voyageur« . J’espère qu’elle nous portera chance dans nos escapades ou voyages.

    

29 mai 2010

L’île de Tabarca est une jolie escapade en bateau et une découverte qui fait plaisir

Classé sous ESPAGNE Costa Blanca — zuppigerjeanpierre @ 11:55

Cet ancien refuge de pirates berbères est un petit paradis terrestre, à seulement quelques minutes de bateau de la côte, le temps et le prix dépendent évidemment de l’endroit d’où l’on part. C’est une réserve marine de 2 km sur 400 m.

Débarqués sur cette île, sans compter que la petite virée en mer est agréable, on se croit revenus 40 ans en arrière sur Ibiza dans le petit port de San Antonio que j’aimais beaucoup parce qu’il y avait de l’animation avec les barques qui rentraient, les pêcheurs qui déchargeaient le poisson et ensuite réparaient leurs filets, assis par terre tout le long de la digue. Bon bond, en avant toute…

tabarcaisla007.jpg   tabarcaisla081.jpg   tabarcaisla022.jpg   tabarcaisla010.jpg   tabarcaisla021.jpg   tabarcaisla118.jpg

Du port, on grimpe un tout petit peu dans la caillasse pour accéder au village (fortifié au XVIIIe) par un portique du mur d’enceinte. Il a été construit selon des plans très précis, voir le site mentionné en fin de texte. Ici, les ruelles étroites sont demeurées ou redevenues en terre battue, les immenses pélargoniums foisonnent à côté des portes d’entrée des maisons qui sont blanches d’origine et pas beaucoup plus hautes que les buissons. Les bougainvilliers (ou bougainvillées, peu importe en somme) eux, passent au-dessus. Sur la large place arborisée du village, en réaménagement complet, se danse la valse des pelleteuses. Juste à côté, une très belle église avec des fenêres originales en forme de trèfles. Sur une terrasse très agréable, au bout de l’une de ses ruelles, nous mangeons notre troisième paëlla…et… elle est très BONNE. Les chats sont de notre avis, qui s’invitent sous la table. L’hiver doit pas être drôle pour tout le monde ici, c’est le début de la saison, ils sont encore tout maigres et n’ont pas eu le temps d’enfiler un beau pelage. Est-ce que dans CAT’S ils n’avaient pas oublié les chats des petites  îles ?

tabarcaisla055.jpg  tabarcaisla015.jpg  tabarcaisla013.jpg  tabarcaisla012.jpg  tabarcaisla009.jpg  tabarcaisla049.jpg

L’île de Tabarca est basse, assez plate, entourée du dit mur d’enceinte côté au vent et se présente en trois parties distinctes dont celle du centre constituée par le port (minuscule et simple) où plein de poissons nagent en eau claire, eux, et puis le village. Une deuxième partie, en face de la côte, est très sauvage, très plate, plein de roches polies, grises, verdâtres sont survolées de centaines de goélands en couple, avec en cette saison, leurs petits qui ne peuvent encore voler et piaillent au désespoir… oh! rage. Il faut se mouiller le bas des jambes pour s’aventurer un bout mais les oiseaux ont l’air de ne pas désirer trop de visistes et hurlent au-dessu de nos têtes. La troisième partie, au vent, est sauvage également, mais on se croirait dans un autre pays. C’est d’impassibles touffes d’épineux vert foncé, plantées harmonieusement dans un tapis d’herbes frissonnantes, jaunes et sèches. En son milieu, un fort majestueux, rectangle parfait de vieilles pierres ocre, se détache sur le ciel bleu. On fait une petite balade, c’est beau et paisible aujourd’hui, mais j’imagine un jour de tempête… ça doit pas faire rigoler les mouettes !

tabarcaisla027.jpg   tabarcaisla029.jpg   tabarcaisla102.jpg   tabarcaisla099.jpg   tabarcaisla110.jpg

http://cdlm.revues.org/index1753.html

 

 

Villajoyosa un village bariolé sur fond « bleu outremer »

Classé sous ESPAGNE Costa Blanca — zuppigerjeanpierre @ 11:16

villajoyosa050.jpg  villajoyosa043.jpg  villajoyosa042.jpg  villajoyosa037.jpg  villajoyosa023.jpg  villajoyosa021.jpg

Villajoyosa = ville joyeuse ? Les couleurs de ses maisons, presque toutes en rénovation, le sont en tout cas. On ne pensait pas, en passant rapidement à travers le village par la grande route du « bord de mer » entre les immeubles, qu’un si plaisant village s’étirait ainsi en pente douce jusqu’aux vagues. Il a fallu que nous cherchions une baguette de pain frais et que JP ait la curiosité de descendre voir s’il y avait un petit port. Nous nous sommes donc laissés glisser par les ruelles colorées, un vrai régal. Un décor de cinéma mais pourtant authentique. Les vieux ont encore le plaisir de pouvoir s’asseoir devant la maison, sur le trottoir même pour être prêts à la discussion, ou pour y voir plus clair pour s’épiler le menton au soleil… soit encore étendre son linge dans les passages où les voitures ne circulent pas. Les enfants jouent, font du vélo, crient et s’ébattent sur ces places au milieu des parents qui ne crient pas moins puis rient à gorges déployées. Au bord de l’eau c’est un peu plus touristique mais plus calme : des restos (dont 1 avec 4 musiciens qui, immédiatement après notre passage… jouent du Brassens). On s’arrête finalement dans celui qui nous paraît le plus « local » pour manger des tapas… les patrons sont des anglais ! Tant pis, l’endroit valait le détour!

villajoyosa071.jpg  villajoyosa056.jpg  villajoyosa058.jpg  villajoyosa057.jpg  jpjoiosa004.jpg  jpjoiosa003.jpg  villajoyosa045.jpg  villajoyosa049.jpg  villajoyosa060.jpg

28 mai 2010

Dans les montagnes en passant par Aigues et jusqu’à Guadalest

Classé sous ESPAGNE Costa Blanca — zuppigerjeanpierre @ 22:32

aiguesetc141.jpg   aiguesetc062.jpg  aiguesetc0581.jpg aiguesetc050.jpg aiguesetc039.jpg aiguesetc070.jpg  aiguesetc021.jpg  aiguesetc022.jpg aiguesetc0191.jpg  aiguesetc036.jpg aiguesetc037.jpg aiguesetc067.jpg 

Sur la route des collines, après avoir admiré les amandiers couverts de fruits mûrissant dans leur feutrine, les citrons-breloques d’or, les nèfles grosses comme des abricots, fermes et juteuses, les olives encore au stade de perles vertes, etc… nous nous arrêtons et faisons un petit tour à pied dans un charmant village tout en pente : Aigues. Les touristes s’arrêtent en haut du village au milieu duquel la route passe devant deux ou trois terrasses, mais en descendant à pied, on découvre sa jolie église et ses ruelles chaleureuses. Tout est calme, du moins à cette heure-là. On a vu peu de jeunes, on les entendait seulement… mais vu beaucoup de personnes âgées en discussions animées dehors dans ce petit coin, presque hors du temps. Il doit faire bon y vivre pratiquement « en famille ».

aiguesetc042.jpg  aiguesetc0261.jpg  aiguesetc0301.jpg  aiguesetc0231.jpg   aiguesetc0241.jpg

Si vous allez dans la région d’Alicante, il ne faut pas rater le village de Guadalest, dans lequel on grimpe, on grimpe… il a été construit à l’époque musulmane. Il est original et très joli; constitué d’un belvédère avec deux jolies placettes pavées, le musée du château, quelques cafés, plein de boutiques répartis dans deux ou trois ruelles étroites. Il est situé à 595 m. et les sommets environnants s’élèvent à plus de 1100 m. Pris entre les abruptes rochers et les restes de son château (détruit par des tremblements de terre, entre autres) qui s’élèvent jusque sur un piton impressionnant; le village surplombe un lac de barrage et de là, la vue et l’environnement sont magnifiques. Un petit cimetière est accroché dans les cailloux et n’a rien de triste avec ses belles croix et ses piliers peints en blanc et bleu.  Il vit essentiellement de l’artisanat: amandes, miel, olives, cuirs, poteries, broderie, dentelle. Il est classé monument historique et artistique, pas étonnant.

aiguesetc092.jpg  aiguesetc077.jpg  aiguesetc080.jpg  jpaigues019.jpg  jpaigues011.jpg  aiguesetc086.jpg  jpaigues014.jpg  aiguesetc115.jpg  jpaigues028.jpg  aiguesetc110.jpg  aiguesetc103.jpg     aiguesetc124.jpg

123

mes ouvrages |
masque |
La magie dans tous ses états. |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | création tecktonik de teck-...
| Club 3 & 4 Roues de l'O...
| ASSO-RANDO-CLISCOUET56