Famille-Amis-Echanges-Aquarelles

12 janvier 2011

On déballe, on râle, on se promène et on aime, car

Classé sous FRANCE l'Uzège — zuppigerjeanpierre @ 0:12

… vraiment, même à cette saison, la région est belle.

Un « chez nous » glacial car cela fait deux jours que les portes sont ouvertes, alors bien sûr, pas de chauffage qui de plus, n’est pas au sol. Cela change tout, la chaleur électrique n’est pas aussi confortable. Je cherche tout et ne trouve rien… derrière la muraille de cartons on s’écroule presque d’épuisement… alors au lieu de faire à manger, nous testons les petits restos du coin. Les meubles finissent par se remplir, mais comme on ne peut pas encore les mettre à leur place définitive, ça promet… Jean-Pierre a commencé par démonter la grande armoire métallisée vieux rose, de trois portes coulissantes aux verres fumés qui était pile à côté de la porte d’entrée. Allez, ouste chez le voisin qui l’a récupérée volontiers pour son mas. Quelques lampes ont pu être installées mais il faudra pratiquement changer toutes les prises qui n’ont pas souvent la même forme que les suisses.

Le mistral nous a lâchés enfin, alors lorsqu’il y a un rayon de soleil c’est super. Et le soir, le ciel est magnifique, plein d’étoiles, c’est pas le Sahara mais presque. Y’a pas d’industrie hautement polluante et les grandes villes sont à 40 km environ. C’est beau !

A Peney, le jour de notre arrivée une jolie chatte s’était installée au centre du salon sur le tapis encore roulé et n’a plus voulu nous quitter jusqu’à qu’un véhicule de malheur l’expédie d’un seul coup au paradis des chats, notre pauvre Mina. Ici, on hérite d’Armand : un joli chat tigré foncé, comme notre Moufflet, mais semi angora. Il louche et ne voit sûrement qu’avec un œil, il semble un peu sourd et il marche sur trois pattes, il marche en tenant parfois sa deuxième patte avant droit à l’horizontale, c’est pas sans nous rappeler certains militaires des années 40, surtout qu’il a de belles moustaches, lui ! Oui je suis allergique et figurez-vous qu’il est sauvage, donc impossible – depuis 5 ans – de l’approcher à plus de 60 cm. Voilà ce qui nous arrange tous les deux. Sur et sous l’amandier, contre la façade nord, nous avons plein de mésanges et de rouge-gorges, bien sûr aussi des moineaux et quelques colombes.

dsc0426.jpg

 

10 janvier 2011

ENFIN « chez nous » dans le Gard

Classé sous FRANCE l'Uzège — zuppigerjeanpierre @ 22:54

dsc0349.jpg Heureusement que le dernier jour Anouck et Sylvain sont venus nous donner un coup de main pour démonter toutes les tringles à rideaux et autres mille choses encore à démonter. Doudoune était toute étonnée du remue-ménage… et il faisait si beau dans mon appartement avec un soleil radieux… 

Après une dernière journée à poutzer notre bel appartement vide… j’en avais quand même « GROS » sur la patate ! Heureusement que les dernières heures nous avions la tête dans les armoires puis étions invités à souper par Sylvana et Patrick, nos adorables voisins (déjà regrettés). Quelle gentillesse, ce fut chaleureux, bon et sympa comme tout. Ensuite encore un peu de poutze avant d’aller dormir. Une nuit d’enfer : j’avais oublié l’adorable Nelson et ses beaux poils roux angora… et donc pas pris d’antihistaminique. Il n’y avait pas un poil dans la jolie chambre, mais malgré cela, sur le coup de 3h. du matin j’ai dû prendre mes clics et mes clacs (enfin ceux de Sylvana, car j’avais mis nos draps dans un carton, omis de l’isoler du chambardement et que les déménageurs ont donc embarqué). J’ai donc tenté de m’installer par terre dans ma jolie salle de bains au sol chauffé… avec un filet d’air qui passait sous la porte du bureau dont j’avais ouvert grand la fenêtre afin de reprendre mon souffle ! Ce fut long à récupérer mais j’ai fini par dormir au moins deux heures !

Le chargement de nos meubles a été « rocambolesque »… placés dans les petits camions, puis redéchargés dans la cour, ensuite remis dans l’autre camion… l’angoisse… M. L’Ecureuil avait prévu 43 m3 mais le soir ils ont dû encore une fois décharger une partie dans le garage et revenir le lendemain avec une remorque supplémentaire appartenant à un ami valaisan et s’appelant « Le dragon » machin-truc. Puis, il fallait enfin partir… on s’est retrouvés vers 13h. à la douane de Bardonnex pour les formalités qui ont duré une heure environ. Pas long pour tout le bardas d’une famille de quatre, amoncelé durant 40 années… La route pour descendre à notre prochain domicile a été assez délicate : la pluie, la neige, voire du verglas assortis d’un vent très fort par moment ne nous ont pas facilité la tâche jusqu’à deux heures avant l’arrivée à St-Quentin. Jean-Pierre était crevé, à cause de moi il n’avait pas bien dormi. Moi, je ne sentais plus la fatigue et n’avais pas du tout sommeil… « pas bon »… mais pratique. Je conduis sans difficulté. Enfin, arrivant sur le coup des 19h., nous reconnaissons enfin nos tunnels de platanes débouchant sur Uzès. OUF ! nous croyons que le plus gros est fait !

Nos « vendeurs » nous ont gentiment accueillis et nous avaient préparé un repas malgré tout le boulot qu’ils avaient eux aussi. Ensuite, après un bon bain chaud nous avons fait un gros dodo au Clos des Pradines. Le matin en se réveillant c’était magnifique de voir sur la colline d’en face le Duché d’Uzès. Mais vite un petit déjeuner, avant d’aller recevoir nos déménageurs qui déposaient des cartons en croisant ceux de Mimi et Charles. Bien sûr nous avions demandé et prévu ensemble avec M. L’Ecureuil qu’ils ne livrent que l’après-midi mais au dernier moment, pour les arranger, nous avons accepté cette façon de faire pour dégager un camion afin qu’ils puissent aller à Caissargues charger le retour. J’ai assisté à deux « tomber » de cartons… j’en ai eu froid dans le dos… mais nous devions tous les 4 filer à notre rendez-vous chez la notaire pour signature de l’acte définitif. ENFIN ce fut chose faite : les clés nous ont été remises et nous fûmes chez nous.

dsc0366.jpg C’est encore un peu vide… dsc0368.jpg puis un peu moins…  dsc0388.jpg … mais le « capharnaüm ».

Sur la table : cartons, téléphone mobile, marteau, bougie car électricité pas vraiment installée, coup de rosé, un vrai déménagement, quoi ! Et à nouveau, un chat nous attend devant notre nouvelle maison… comme Mina à Peney au milieu du salon sur le tapis enroulé… ici, c’est Armand et, bizarrerie : moi qui suis devenue allergique, ce chat ne veut pas qu’on le touche ni même qu’on l’approche à plus d’un mètre…  dsc0426.jpg Je n’invente rien !

25 août 2010

Doudoune découvre les joies de la piscine… doucement, c’est frette !

Classé sous FRANCE l'Uzège — zuppigerjeanpierre @ 22:19

cferranduzs040.jpg cferranduzs015.jpg cferranduzs016.jpg cferranduzs025.jpg cferranduzs026.jpg  ça y est… j’y suis !

A force de les regarder s’amuser sans moi dans cette belle piscine bleue j’ai voulu essayer. Je suis descendue délicatement deux marches pour leur faire croire que j’allais juste boire une tasse et puis lorsqu’ils se mirent à commenter que je n’aimais pas tant l’eau chlorée, que je trouvais frais, etc. : hop! je me suis lancée. Ah! ils n’en revenaient pas. J’ai juste fait un petit cercle, pour pas les brusquer et suis ressortie m’ébrouer dans les pattes de Jean-Pierre. Vrai que c’est un peu étrange ce goût, question d’habitude… mais il fait si chaud que c’est bon de se rafraîchir. Plus tard, avec leur spaghetti orange, ils me faisaient trop envie de barbotter à nouveau. Maintenant que je connais l’élément, j’ai fait celle qui hésite et n’aime pas trop l’eau; depuis un long bord j’ai d’abord trempé une patte, puis l’autre, avant de me laisser « maladroitement » glisser dans l’eau. Enfin j’ai pu leur prouver que je savais aussi nager, que j’étais capable de ramener le spaghetti et de retrouver Nathan pour jouer avec lui au milieu de la piscine. Ensuite n’en pouvant plus de me retenir, je me suis laissée aller et me suis élancée comme une petite folle, j’ai fait comme eux: des bombes et des sauts dans la piscine! Ensuite, je vais aussi me sécher sur un bout de chaise-longue… si possible, enfin si on veut bien me faire un peu de place…

cferranduzs134.jpg  cferranduzs116.jpg cferranduzs020.jpg cferranduzs129.jpg cferranduzs132.jpg img2481.jpg et que ça saute !

J’ajoute que depuis je fais la même chose dans les rivières et si Nathan saute du rocher, je le suis sans problème. A nous deux nous faisons un terrible spectacle et les gens sont hilares de nous regarder faire. Hélas, agla n’a pas de photos, ou pas encore…

 

24 août 2010

Emerveillement au Pont-du-Gard : des illuminations féériques…

Classé sous FRANCE l'Uzège — zuppigerjeanpierre @ 17:18

manade139copie.jpg   manade154copie1.jpg …qui se passent de commentaires !

manade161copie.jpg  manade150copie.jpg  manade144copie.jpg  manade176copie.jpg  manade145.jpg  manade142copie1.jpg  manade157.jpg

manade172.jpg  manade1931.jpg  manade1401.jpg  manade1871.jpg  manade198copie1.jpg  manade124copie.jpg  manade122copie.jpg  

   

20 août 2010

Une joyeuse quinzaine ensoleillée autour d’Uzès

Classé sous FRANCE l'Uzège — zuppigerjeanpierre @ 20:31

cferranduzs0732.jpg cferranduzs106.jpg jplabaume1064.jpg uzesstquentin00521.jpg cferranduzs002.jpg jplabaume1032.jpg uzesstquentin002.jpg

Chez Michel et Micheline, nous avons donc retrouvés Anouck, Sylvain et Nathan (avec Doudoune, en plus, comme invitée-surprise, couleur chocolat, on n’y résiste pas) dans le joli hameau de Serviers-Labaume qui ne compte que 20 habitants en hiver mais trois fois plus en été. Au bas du hameau 2 ou 3 villas probablement des années 80 mais son essentiel est constitué d’une demi douzaine de belles vieilles demeures camouflées sous les épais feuillages de grands arbres, toutes plus ou moins bien restaurées et entourées de grands jardins. On entend les « plouf et re-plouf » dans les piscines, bien sûr à l’abri des regards indiscrets derrière les futaies ou les hauts murs. C’est l’invasion dès les beaux jours, surtout en août nous dit-on, mais cela reste tout de même un endroit tout à fait paisible, en dehors du temps, et de l’époque – puisque nous n’avons aucune connection internet, ni téléphone mobile opérationnel – au milieu des vignes, des prés et des haies de chênes bordant quelques chemins creux. Nous avons passé 15 jours très cool dans cette grande et vieille belle maison de pierres aux poutres plus que centenaires. 

uzesstquentin037.jpg  cferranduzs053.jpg  soirelabaume0021.jpg  cferranduzs051.jpg    uzesstquentin015.jpg  uzesstquentin013.jpg  uzesstquentin012.jpg  uzesstquentin0401.jpg  cferranduzs062.jpg 

Entre le salon et la petite terrasse du 1er étage, une pièce de passage d’environ 6m2 est formée par l’arche (ou le petit pont) avec fenêtre qui enjambe la ruelle au-dessous. Dite ruelle est l’artère principale du hameau, elle grimpe entre 2 ou 3 maisons tout droit en direction de la campagne, quoique il y a une variante possible par le joli vieux lavoir… Contre les murs de la maison est agrippée la vigne vierge qui s’étire jusque sous le toit en laissant passer juste ce qu’il faut des rayons du soleil sur cette petite terrasse bien sympa, seul ou à deux, mais pas très plate car le temps (qui fait si bien les choses…) a bien arrondi les angles de ces vieilles dalles… aussi. A son bout, un large escalier de pierres usées nous malmènent les chevilles mais conduit sous l’auvent-terrasse dallée, équipée pour tous nos repas. Nous sommes comme des coqs en pâte à l’abri du vent et de l’éventuelle humidité du soir pour regarder changer le bleu du ciel derrière le haut cyprès, discutailler, jouer au rami, prendre l’apéro quotidien, sauf quant une partie de pétanque est engagée de l’autre côté du vieux mur de l’ancienne bergerie fleurie par l’exubérante bignone orange.

 cferranduzs043.jpg   cferranduzs041.jpg   cferranduzs125.jpg   cferranduzs021.jpg   dsc0339.jpg  cferranduzs0472.jpg  cferranduzs066.jpg

Après l’apéro, Sylvain prépare les grillades que nous accompagnons comme il se doit. Entre sa protection de tôle et l’énorme poutre soutenant le toit de l’auvent, c’est le refuge des chauves-souris. Alors, elles valsent à toute vitesse les « batman » qui cherchent à nous impressionner. On en trouve collées au mur en plein soleil de l’après-midi. Elles sont petites, elles sifflent, on dirait de grosses tarentules poilues, brunes et rousses, avec leur museau tout rond et les oreilles vilaines… Beuh… j’aime pas! Une nuit, Doudoune en a déniché une dans la chambre d’Anouck qui au milieu de la nuit a dû se lever, aller ramasser l’intruse sous le lit et la lancer par la fenêtre pour avoir la paix. Un soir, Nathan nous montre un scorpion, juste derrière nos dos, sur le même mur. C’est presque l’Afrique du Nord ici !

uzesstquentin016.jpg et les Batman(s)  cferranduzs139.jpg   cferranduzs0602.jpg   cferranduzs140.jpg   dsc0345.jpg 

Le matin, sous l’auvent nous prenons également le petit-déjeuner tous ensemble autour de la table ronde après que JP a été chercher le pain, parfois avec Sylyain, à Montaren, le village d’à côté et qu’Anouck soit revenue de son pas de course dans la campagne avec Doudoune. Ensuite, marché à Uzès, piscine, lecture, papotes. Plus tard, baignade pour la grande moitié de la famille qui s’en donne à cœur joie de sauter, plonger, bomber… ou encore balade et visite ailleurs. Nous découvrons St-Quentin-la-Poterie, petit village très vivant et joyeux, réputé pour ses ateliers de potiers et leurs céramiques toutes plus jolies et originales les unes que les autres, d’ailleurs il possède son Musée de la Poterie Méditerranéenne. Nous resterons complètement ébahis devant un très vieux four à poteries, mais chut… c’est encore presque un secret.

jplabaume1034.jpg  stquentinlefour033.jpg  stquentinlefour027.jpg

Les enfants iront un jour se baigner en rivière, un autre iront à la fameuse plage de l’Espiguette. Anouck nous a affirmé qu’elle était toujours pareille et aussi belle. Un soir nous irons ensemble admirer les illuminations du Pont-du-Gard, construit en blocs de calcaire coquillier pris sur place. Depuis 2000 ans il enjambe le Gardon et mesure aujourd’hui, selon les différentes sources d’infos, entre 275 et 360 m. de long, il comporte trois niveaux d’arches. Le canal se situait au 3ème étage et nous y avons marché à l’intérieur dans les années 70/80 lorsque les enfants étaient tout jeunes. Maintenant, les 2 étages sont interdits au public. La partie routière du pont lui a été accolée, pour ne pas risquer de l’endommager, exactement 200 ans avant ma naissance… Nous nous arrêterons au Moulin pour y prendre un pot tant le décor est de rêve sous les grands platanes à la lueur des bougies et la vue sur le pont magnifique. Grandiose spectacle donc dans ce site complètement aménagé pour les visiteurs mais dont le beau paysage d’oliviers se fond naturellement avec la végétation d’origine. Un beau moment. 

Un après-midi, nous retournons que les deux voir si Vézenobres a beaucoup changé… il tombe moins en morceaux! Pas mal de façades ont été restaurées ou du moins consolidées. Notre petit bistrot « Le Grenier d’Aladin » où nous avions passé un si bon moment est toujours là, les mêmes patrons nous a-t-on dit, mais hélas il était fermé. 

Nous visiterons aussi Aubussargues et son moche « château » ainsi que Lussan, qui est un adorable village avec un vrai et joli château. manade099.jpg Il paraît que Patrick Timsit y vit à l’année dans ce village, on est bien contents pour lui. Nous avions trouvé un petit restaurant avec une mignonne terrasse aux parasols de toutes les couleurs avec plein de fleurs bariolées autour, mais après nous être fait mettre « l’eau à la bouche » par les voisins de table qui nous félicitent de notre très bon choix… en finalité hélas, il s’avère que nous sommes trop tard pour manger, nous restons dans le sens propre du terme « sur notre faim ». Prochaine fois ? 

Dans les rues d’Uzès nous avons, une fin de journée, assisté à une manade: lâchés depuis le pont d’un camion dans la rue protégée par de grandes barrières, les jolis taureaux camarguais s’élancent à toute vitesse droit devant eux, encadrés, comme il se doit, par 6 ou 8 gardians et « gardianes ». La troupe déboule si vite et si serrée qu’au premier passage je n’ai pas aperçu une corne de taureau. Moins imposants de taille que les espagnols mais plus rapides et plus nerveux, ils sont semble-t-il d’origine asiatique. Par endroit il n’y avait pas de barrières et quelques hommes courageux ou connaisseurs (voire possédant les deux qualités) s’amusaient à stopper un taureau. 

manade002.jpg  manade020.jpg  manade050.jpg  manade075.jpg  manade069.jpg  manade067.jpg  manade065.jpg

Un autre jour, nous avons aussi fait une visite à Barjac. Nous voulions aller voir les menhirs mais lorsque le monsieur m’a décrit l’endroit où on pouvait (éventuellement) les trouver, j’ai immédiatement abandonné l’idée. Anouck a voulu y aller… ils ont eu très chaud, juste un petit bout de menhir et plus l’envie du tout d’en chercher d’autres.

manade102.jpg  manade008.jpg  dsc0348.jpg C‘était le week-end de la brocante – renommée – à Barjac, et je n’en doute pas 1 seconde; c’était immense, joliment et copieusement fournie. Hélas, même sous les feuillages des platanes il faisait une chaleur vraiment étouffante (34) et nous avons renoncé à en faire le tour complet, de loin pas; mon pied lui non plus n’était plus d’accord… on a mangé une petite assiette « bio » délicieuse dans – je crois – la seule ruelle où passait un filet d’air.

Dans les ruelles d’Uzès nous avons aussi pu admirer le travail de beaucoup d’artistes de la région qui exposaient pendant un week-end. Des poissons volants et brillants se balançaient au-dessus de ces endroits pour nous signaler l’expo « Paséo des Arts ». Des céramiques, des porcelaines, des sculptures en fer forgé travaillé brillant et finement ciselé, des peintures à l’huile, des aquarelles, des bijoux, des objets déco comme poignées de portes originales, des tapissiers aux fauteuils joliment rembourrés. 

dsc0424.jpg  dsc0387.jpg  dsc0382.jpg  dsc0380.jpg  dsc0406.jpg  dsc0356.jpg
P
aséo des Arts (Quartier des Arts) à Uzès, août 2010 : de très belles choses!

dsc0398.jpg  dsc0393.jpg  dsc0391.jpg  dsc0390.jpg  des artistes talentueux et de magnifiques « boîtes » en céramique de :

Delphine DARDARE, on peut pas oublier ce nom.  dsc04001.jpg   dsc03991.jpg  vous la trouvez sur Fesse-Bouc bien sûr !Le dernier soir, nous partons tous les deux à Uzès (10 min.) pour souper. Anouck et sa grande famille nous rejoindrons. Nous passons devant le resto du Suisse d’Alger et propose que l’on s’y arrête, bêtement parce que l’autre après-midi avec Anouck, on y avait entendu devant, un chouette quintet de jazz. A peine arrêtés qu’une dame nous saute contre… mais voyez-vous cela… c’est Monika Bard. Avec Jean ils se sont arrêtés là et se disaient justement que ce serait sympa de voir les Zuppi débarquer… et aussitôt, nous v’là ! Déjà une fois sur le quai de la gare à Paris, à la Tour de Gourze (chaque couple pensant être seul au monde en cet endroit précis mais se joignant avec grand plaisir). Nous étions allés ensemble à Berlin, nous nous étions retrouvés une fois à Sommières. Ils ont été au comble de la joie quand ils ont su qu’Anouck allait arriver et qu’ils feraient la connaissance de son compagnon et son fils. Vraiment ce fut un beau moment d’amitié.

dsc0431.jpg  dsc0423.jpg  retrouvailles avec nos amis, Monika et Jean Bard, c’est chaque fois comme si on s’était quittés la veille !

Et puis, soudain, c’est déjà demain la fin des vacances. Comme elles ont passé vite ces deux dernières semaines, l’élasticité du temps quel étrange phénomène !

1...8586878889

mes ouvrages |
masque |
La magie dans tous ses états. |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | création tecktonik de teck-...
| Club 3 & 4 Roues de l'O...
| ASSO-RANDO-CLISCOUET56