Famille-Amis-Echanges-Loisirs-Voyages

24 juin 2014

Virée dans le Massif Central… ou… en voiture, sur les chemins de Compostelle !

Classé sous FRANCE Aveyron LARZAC,FRANCE Massif Central — zuppigerjeanpierre @ 16:14

Envie d’une escapade découverte dans le Massif Central: après avoir contourné Montpellier, nous filons droit sur Rodez en admirant au passage les beaux paysages sauvages du Larzac (salut les 68tards : moutonniers et autres chevriers déchus ou déçus !), puis les plateaux rocailleux et magnifiques des Grands Causses. Nous passons une nouvelle fois sur le viaduc de Millau (œuvre de Jean Nouvel) dont je vous ai déjà touché quelques mots… en route, nous « tombons » très bien dans un resto « Le Planol » à Flavin. Arrivés à Rodez, nous stationnons direct devant le  Musée Soulages inauguré le 30 mai dernier. L’exposition du moment : « Outrenoir(s) » porte tellement bien cette désignation. On reste ébahis par la vibrance des noirs selon la lumière et notre positionnement. Le bâtiment lui-même est surprenant pour celui qui ne connaît pas encore Pierre Soulages, mais l’atelier espagnol RCR Aquitectes (Catalans ayant étudié à Toulouse, aussi) a conçu quelque chose de très adéquat et élégant.
DSC_0002 DSC_0028 DSC_0007 DSC_0008 DSC_0026 DSC_0019 DSC_0023

Ensuite, nous laissons pour une autre fois la visite de  la ville car un souper dégustation nous attend à Sénergues . Ce calme petit village  est la dernière étape avant Conques pour les pèlerins venant de Puy en Velay sur le fameux GR65 (via Podiensis, XIe siècle). L’accueil de Maurice et Ginette est vraiment chaleureux ; elle nous a concocté une succession de plats locaux délicieux et solides. Tout commence par un apéritif « soupe au champagne » et cubes de melon, farçous verts (blettes), chevreau à l’oseille,  puis le célèbre aligot, des fromages auxquels hélas personne n’a pu toucher comme dessert des crèmes caramel et une fouace légère  avec une bougie dessus pour l’anniversaire de Serge. Nous finirons la fouace lors de nos deux prochains petits-déjeuners, à 4 ! Nous avons passé une bonne soirée et on s’est régalés, nom d’une pipe, tout était délicieux. J’ai adoré les farçous et le chevreau à l’oseille … quoique l’aligot, travaillé comme celui de Ginette, est une merveille ! Repus et fatigués, nous dormons comme des bébés (ayant le rhume) dans de bons lits avec des draps bien repassés et parfumés à la fraicheur du séchage à l’air libre !

DSC_0036 DSC_0053 DSC_0068 DSC_0084  DSC_0042 DSC_0051 DSC_0161 un peu à l’écart, en raison du brasier (sans flammes) qui y était entretenu, le sécadou servait à sécher les châtaignes pendant 2 à 3 semaines !

Je me réveille avec mal de tête et un rhume « carabiné » mais nous sommes ici pour découvrir et après le petit déjeuner nous partons pour Conques, à une vingtaine de km. Haut lieu des pèlerins en chemin pour Compostelle. Nous découvrons une merveille du Moyen-Age, un village niché serré au cœur de la verdure. Ses ruelles de beaux pavés mènent en pente douce à l’Abbatiale Ste-Foy qui est un splendide chef-d’œuvre de l’art roman: le tympan au-dessus de l’entrée a été méticuleusement rafraîchi, l’intérieur est beau, lumineux. Ses vitraux originaux complètent notre découverte de Soulages qui les a tous conçus dans un verre translucide particulier, venu d’Allemagne. La sobriété est très belle ici. Les façades de pierres rouge, jaune ou grises atténuent la sévérité de l’édifice. L’ancien cloître est très beau également. Nous avons paraît-il bien fait de venir en ce moment, Serge nous dit qu’en été c’est le coude à coude. Je n’ai pas de peine à le croire quand je vois les parkings (à l’extérieur) et compte le nombre de bistrots, boutiques (pas tous encore ouverts) ! Avec Najac et Carcassonne c’est un des plus beaux villages que j’aie vu en France.

DSC_0101 1 DSC_0104 DSC_0106 DSC_0110 3 DSC_0119 DSC_0123 DSC_0124 0 DSC_0130 2

Nous rentrons faire une sieste puis repartons pour Belcastel. Encore un village répertorié comme l’un des Plus Beaux Villages de France dans l’ancienne province du Rouergue. Il semble que l’Aveyron soit le département le plus fourni dans cette liste de référence. Comme tous les villages par ici, les toits sont en lauzes, sorte d’ardoise mais plus épaisse, et justement plus large qu’épaisse, dite lave de Bourgogne aussi. Dans la verdure exubérante c’est beau tous ces gris ! Belcastel dont le château-fort bâti au IXe, modifié et agrandi jusqu’au XVIIe,  a été restauré dans le respect parfait  de l’art médiéval dans les années 70-80 par le célèbre (et réhabilité grâce à F. Mitterand), architecte Fernand Pouillon, né pas très loin. Il est devenu depuis un adorable petit bourg, également tout en pente, au pied duquel un joli vieux pont du XVe  vous attend et sous lequel coule  peinard, l’Aveyron. C’est bucolique à souhait. Le  soir, nous retournons à Conques pour y manger, avec les lumières ce fut encore plus prenant, surtout lorsque, par chance, nous avons entendu de la rue jouer de l’orgue, ainsi nous avons pu écouter quelques morceaux dans cet édifice
chargé d’Histoire.

DSC_0226 DSC_0164 DSC_0169 DSC_0170 DSC_0176 DSC_0177 DSC_0197

Le lendemain, journée du retour, nous faisons une première « escale » à Estaing, chez les Estagnols… Une famille d’Estaing était autrefois très puissante ici mais, bien sûr, faute de « relève »  masculine, s’éteignit. En 1922, des membres de la famille de Giscard Destaing  transforma son véritable patronyme pour reprendre celui de l’illustre famille, n’ayant toutefois aucun lien de parenté avec eux. Au sommet de cette petite bourgade pratiquement entourée du Lot, un château bien sûr, qui fut acheté en 2005 par Valéry et son frère Olivier, ancien maire de la ville. Il n’est pourtant pas très beau, d’extérieur en tout cas. Au bas du village, joliment fleuri, nous admirons le pont gothique sous lequel coule le Lot et dans lequel vient se jeter un discret ruisseau serpentant entre les vieilles bâtisses, la Coussanne. Puis nous allons dîner sur une terrasse au Trou de Bozoul… une curiosité en forme de fer à cheval au fond duquel s’épanche le calme Dourdou. On dit qu’une fois de plus il ne faut pas se fier aux apparences et que parfois il se transforme en furie. Henri Réchatin, alias Henry’s, le célèbre funambule français l’a traversé plusieurs fois. Ca fait froid dans le dos, je vous jure ; en fait j’ai froid partout, bien qu’il fasse beau je crève de froid et j’ai mal à la tête… je dois avoir de la fièvre !

DSC_0237 2 DSC_0242 DSC_0245 DSC_0232 DSC_0243 2 DSC_0254 DSC_0249 3 DSC_0212 DSC_0214

Nous avons vu et admiré plein de merveilles naturelles ou construites par l’homme. J’espère revenir un jour en Aveyron, il y a encore tant à découvrir de villages, villes, monuments ou paysages grandioses.

mes ouvrages |
masque |
La magie dans tous ses états. |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | création tecktonik de teck-...
| Club 3 & 4 Roues de l'O...
| ASSO-RANDO-CLISCOUET56