Famille-Amis-Echanges-Aquarelles

18 octobre 2018

Terrible ce Terrador de Saint-Siffret

Classé sous FRANCE l'Uzège — zuppigerjeanpierre @ 21:25

avant nous aimions aller à La Calabria ! La terrasse en été, la gentillesse de la patronne, les excellentes pizzas et ses grandes salades !

C’est FINI ! Aujourd’ui c’est le terrible TERRADOR… qui se dit « bistronomique » … Au Secours ! nous n’y remettrons jamais les pieds. A peine sympathiques, ma viande, un faux filet saisi sur braise (quel chiqué) est revenu comme je déteste, à peine coloré et cru alors que l’on ne m’a même pas demandé la cuisson. Retour sur le feu, pendant ce temps mon petit gratin dauphinois tout ses a refroidi… deux feuilles de salade avec filaments blancs de ? et deux de carottes… rivalisaient de non saveur avec le boudin de JP insipide posé à côté d’une rondelle d’écrasée de patates réchauffée et posée sur une purée d’on ne sait quoi avec des grains de maïs… grrrr que c’était pas bon… inadmissible de délivrer des permis de cuisine à des gens ne sachant rien dans ce domaine !

13 octobre 2018

S’immiscer en vieillesse… (petit texte qui a risqué les oubliettes) date du mois de mars 2018

Classé sous FRANCE l'Uzège — zuppigerjeanpierre @ 20:43

… englobe beaucoup de tracasseries, de phénomènes pas forcément graves mais des modifications pas forcément sympathiques non plus…

La « cata »… racte :
j’ai perdu insidieusement la faculté de voir mon entourage avec netteté (je ne veux pas parler du conjoint, des enfants, que je crois connaître « par cœur », quoique…) mais de mon environnement matériel et paysager. Le voile s’est tendu imperceptiblement. Un soir j’estime que la lumière n’est plus assez forte et qu’il me faudra changer l’ampoule. Quelques jours plus tard, c’est le carrelage provençal de ma salle de bains dont les copines aiment les jolies nuances de bleu qui me semble pourtant avoir perdu de son éclat .

La nuit, sur la route, j’ai de la peine à évaluer les largeurs étroites, les phares des autres voitures m’éblouissent dangereusement. Elles ont toutes de puissants phares blancs effroyables (on regrette les phares jaunes d’autrefois qui permettaient d’ailleurs, chez nous en Suisse, de reconnaître l’approche d’un véhicule français…)  et autour des réverbères, je vois de jolis halos romantiques, mais à part ça, je n’ai pas le sentiment de mal voir… ;-) )

Lors de mon contrôle chez l’ophtalmologue j’apprends qu’il décèle un début de cataracte… je comprends que mon éclairage n’est pas en cause. Deux ans plus tard, ce n’est plus un début, il faut opérer. C’est aujourd’hui un travail « à la chaîne » : tous les quarts d’heure une intervention, pas grave, pas douloureuse, vite faite, un peu désagréable sur le moment de voir la lueur du stylet s’approcher de votre œil qui se fait inonder et un peu contraignant les semaines suivantes. Mais c’est une merveilleuse et « éblouissante »  redécouverte : je revois la juste couleur de mon carrelage, je lis plus facilement, je peux conduire sans lunettes et la nuit les phares ne me gênent presque plus. Je retrouve la profondeur et les nuances des feuillages, des fleurs, des nuages et surtout la couleur magnifique du ciel ! Miracle ! Ces médecins sont géniaux ! Ce n’est plus une nécessité de porter mes lunettes, cependant il faudra les modifier après douze séances d’orthoptique car j’ai un léger strabisme divergent qui contrarie. Ensuite, nouvelles lunettes pour l’ordi et pour lire ainsi que pour le soleil car on ressent davantage le besoin de s’en protéger !

Nous avons une grande chance de pouvoir bénéficier de toutes les compétences incroyables de ces adroits médecins chirurgiens, obligés de maîtriser, en plus, leurs outils « mécaniques » via des écrans sophistiqués. Chapeau !

10 octobre 2018

Lectures

Classé sous FRANCE l'Uzège — zuppigerjeanpierre @ 22:05

vous pouvez aller sur ma « page » lecture No 3 pour les dernières et faites-moi part de vos remarques !

JPi se plaignait de ne jamais rien « avoir à l’œil »…

Classé sous FRANCE l'Uzège — zuppigerjeanpierre @ 13:07

… et bien voilà, il ne pourra plus s’en plaindre !

En effet, le mercredi 12 septembre il a dû être opéré d’urgence d’un décollement de rétine. L’intervention s’est bien déroulée, un réveil en douceur et sans douleurs. Ce sont les jours qui suivent qui sont astreignants, la prudence est de rigueur : dormir assis, la tête en arrière afin que le gaz injecté pousse  sur la rétine remise correctement en orbite. Sept jours plus tard le chirurgien confirme que le processus est normal, qu’il faut encore rester tranquille et patienter. Nous le revoyons une semaine plus tard, il ne voit rien d’anormal et nous repartons confiants, pourtant… le samedi JPi n’est pas content de sa « vision » qu’il juge moins bonne que durant les derniers jours… la fin de semaine se passe un peu dans l’angoisse et lundi matin nous filons chez l’ophtalmologue qui prend de suite rendez-vous avec  le chirurgien qui nous reçoit le lendemain mardi matin. Conclusion : … rebelote, la ronde infernale de longues heures reprend  : inscription au cabinet d’anesthésistes, réservation de la chambre pour le lendemain. JPi est fort inquiet, il y a de quoi… moi aussi mais je tente de ne pas le montrer.

L’opération a lieu le lendemain… de retour dans sa chambre seulement 5 minutes avant que j’arrive, sur le coup des 18 heures alors qu’il est à jeun depuis hier soir pour une opération prévue en tout début d’après-midi. Je le trouve dans un triste état. Complètement en choc, tremblant de la tête aux pieds, au bord des larmes et il a mal ! Il faudra des heures et un souper pas trop mauvais pour qu’il se ressaisisse. Je le quitterai tard et chamboulée de le sentir si désemparé.

Le lendemain après avoir vu le chirurgien qui a réparé une belle fissure de la rétine et ressouder le tour complet, je peux le ramener à la maison. Cette fois les consignes sont différentes car ce n’est pas un gaz qui a été injecté mais un gel. De surcroît , il lui a placé l’implant pour la cataracte ! Il devra impérativement dormir assis et tourné sur le côté inverse de l’œil opéré jusqu’à la semaine prochaine. Sur l’ordonnance, au bas de la longue liste de gouttes et de pilules, il est inscrit : « position du boudeur »… au bout de trois jours elle s’avère  pénible pour le haut du dos alors il se lève de temps en temps. Nous avons revu le chirurgien hier et encore une fois tout paraît en ordre « pour le moment »… mais la consigne demeure : tranquillité, tranquillité ! Finie la position du boudeur… On revoit le chirurgien dans 15 jours ! D’ici là, on croise les doigts… tranquillement !!!

6 octobre 2018

Le GRIO… ?

Classé sous FRANCE l'Uzège — zuppigerjeanpierre @ 12:19

Hier soir au Cratère d’Alès nous avons éprouvé un immense plaisir au concert du GRIO soit le Grand Impérial Orchestra ! Vraiment nous avons adoré ce jazz moderne inspiré de l’Afrique dont la compagnie explore les traditions lors de ses voyages. Le terme griot que l’on connaît, désigne, je le rappelle, les hommes et les femmes issus de la caste dépositaire de la tradition orale, en particulier concernant l’histoire et les arts. Un jazz moderne (salut Léon et Nunusse) mais des rythmes scandés, parfois doux qui se répondent les uns les autres. De belles harmonies aussi, une « vieille » complicité de chaque instant entre Damien Sabatier et Gérard Chevillon (saxos) accompagnés d’un accordéoniste Rémy Poulakis (voix aussi), d’Ibrahima Diabaté et d’un batteur, d’un contrebassiste ainsi que des cuivres de Fred Roudet et Aymeric Avice (trompettes) et Simon Girard (trombone). Un concert inattendu que l’on a adoré, tant visuel que sonore avec sa palette unique et très originale !

IMG_E2254

12345...116

mes ouvrages |
masque |
La magie dans tous ses états. |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | création tecktonik de teck-...
| Club 3 & 4 Roues de l'O...
| ASSO-RANDO-CLISCOUET56